Seychelles: Un ancien fonctionnaire de la Commission anti-corruption des Seychelles condamné à 8 ans de prison, un article de AllAfrica News: Corruption

Date:

[ad_1]

Photo : Le Palais de justice des Seychelles, à Ile du Port, où siège également la Cour suprême.

La Cour suprême des Seychelles a condamné l’ancien responsable des plaintes et des communications de la Commission anti-corruption à une peine de huit ans d’emprisonnement et à une amende de 5 000 USD (75 000 SCR).

Abison De Giorgio, en garde à vue depuis le mois de février dernier, a été reconnu coupable vendredi de trois chefs d’accusation de corruption différents: extorsion de fonds, divulgation d’informations sensibles et sollicitation corrompue de gratification en échange du retard d’une enquête en cours sur l’ancien ministre Dolor Ernesta.

L’avocat de M. De Giorgio, Alexia Amesbury, a déclaré qu’il disposait de 42 jours pour faire appel du jugement.

L’enquêteur principal dans l’affaire, Bill Zialor, a déclaré à la presse, après la décision de la cour, qu’il était très ému et que l’affaire en général avait été très mouvementée.

«Justice a été rendue aujourd’hui. L’affaire n’est pas seulement l’affaire de la police mais du public. C’est la première fois dans l’histoire des Seychelles que nous emprisonnons quelqu’un pour corruption. « 

Il a également annoncé qu’il démissionnait du service central des enquêtes à la fin de l’affaire.

La directrice de la Commission anti-corruption, May de Silva, a déclaré qu’il n’y avait pas de gagnants dans cette affaire. Elle a dit qu’il est regrettable que les choses se soient terminées ainsi, mais personne n’est au-dessus de la loi, même s’ils travaillent pour la commission.

«Je n’ai pas encore revue le jugement au complet, je vais faire un examen complet, puis je pourrai commenter davantage», a déclaré Mme. de Silva.

La Commission anti-corruption des Seychelles, créée en vertu de la loi anti-corruption de 2016, est chargée de recevoir les plaintes, d’enquêter, de détecter et de prévenir les pratiques de corruption dans les secteurs public et privé.

En dépit de l’issue de l’affaire, de Silva a déclaré qu’elle ne pouvait donner aucune garantie pour le moment que quiconque au sein d’ACCS ne serait pas corrompu, ni si une autre enquête interne permettrait de s’en assurer.

Elle a ajouté que cette affaire ne porterait pas atteinte à la réputation de l’ACCS ni ne découragerait l’enquête en cours sur M. Ernesta.



[ad_2]

Source link

LAISSER UNE RÉPONSE

Veuillez saisir votre commentaire !
Veuillez saisir votre nom ici

Partager l'article:

Inscrivez-vous

Populaire

En savoir plus...
Plus d'infos

Collision survenue à Dassa-Zoumè : Baobab Express s’explique

Dans un communiqué de presse, les responsables de la compagnie de transport Baobab Express S.A, se sont expliqués suite au drame survenu

An 1 de mise en œuvre du projet SWEDD-Bénin dans la zone Nord : Plus de 95% de taux de réalisation

Après douze (12) mois de mise en œuvre des activités des trois sous-projets de la composante 1 du projet SWEDD-Bénin, les consortia des ONG

Drame à Dassa : Les circonstances de l’accident entre un camion et un bus de transport

Un bus de transport en commun de la compagnie Baobab Express et un camion gros porteurs se sont heurtés dimanche 29 janvier 2023 à Dassa

Protection des données personnelles : L’APDP appelle à exercer ses droits

A l’occasion de la Journée de la protection des données personnelles, ce 28 janvier, l’APDP lève le voile sur le thème : Exercer ses droits