Théophile Yarou : Pourquoi sa démission de FCBE est une diversion

Ecoutez le post

La démission de Théophile Yarou de son parti, la Force Cauris pour un Bénin Émergent (FCBE), loin d’être un affranchissement est plutôt une diversion pour éviter de subir la rigueur des textes dudit parti.

Déjà sous le coup d’une suspension pour ‘’Fautes lourdes’’, Théophile Yarou, qui vient de déposer sa démission, s’attendait, dans les jours prochains, à une destitution de son poste de Secrétaire exécutif national adjoint de la FCBE et à sa radiation, conformément aux dispositions des textes en vigueur dans le parti.

Et pour tenter de se donner un peu de contenance, il a déposé sa démission qui se révèle aujourd’hui comme une fuite en avant afin d’éviter de subir les sanctions prévues par le parti.

En effet, de mémoire, à la veille des élections présidentielles, Théophile Yarou s’était illustré dans des sorties intempestives sur les médias nationaux et internationaux à travers des prises de positions personnelles et des accusations portées à l’endroit d’autres membres du parti.

Or selon l’article 118 du parti, au chapitre de la discipline, des sanctions et des récompenses, il est stipulé que les responsables, les élus et les membres du parti (FCBE) sont astreints à la discipline commune et que toute prise de position concernant les grands problèmes doit se référer à la doctrine et aux instances du parti.

Toutes choses qui ont mis à mal la cohésion du groupe et créées la tension entre membres et une atmosphère de méfiance.

Des manquements qui sont sanctionnés par les textes du parti, notamment l’article 127 qui dispose que « sont passibles de suspension les pactes portant sur les actions tendant à semer la division et la confusion au sein du parti ; les campagnes de médisance et de dénigrement du parti, de ses membres et de ses responsables ».

L’article 128 parlant de destitution évoque « les actes visant à discréditer le Parti ; la rétention ou la propagation d’informations dans le but d’affecter le parti, ses responsables et ses membres ; l’abus de confiance à l’endroit du parti ». Et pourtant, Théophile Yarou a participé à la rédaction desdits textes. Ce qui explique que sa démission apparaît plus comme une fuite en avant que comme un événement devant susciter l’émoi au sein de l’opinion nationale. Que nenni !

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici