Décentralisation : Vers des réformes structurelles dans les mairies

Raphael Akotegnon, Ministre de la Décentralisation et de la gouvernance locale

Le conseil des ministres de ce mercredi 2 juin 2021 a procédé à l’approbation des orientations essentielles de la réforme structurelle du secteur de la décentralisation.

Selon le relevé du conseil, malgré que la décentralisation soit effective depuis bientôt 20 ans, elle connaît des faiblesses qui impactent négativement le développement des communes. Au nombre de ces faiblesses, il y a « plusieurs facteurs structurels dont la forte politisation des nominations aux fonctions techniques et administratives des mairies… De même, les recrutements de personnels ne tiennent pas souvent compte de la compétence ni des besoins réels des mairies. Ainsi, en général, nos communes ne disposent pas de cadres ayant des compétences en adéquation avec les exigences techniques des postes qu’ils occupent ».  Ce qui entrave la promotion d’une culture administrative moderne et professionnelle explique le conseil des ministres.

Se penchant sur cet état de choses, le conseil relève que « malgré les sessions de renforcement de capacités et les contrôles assortis de sanctions, la mauvaise gouvernance persiste et des dysfonctionnements sont notés dans le processus de passation des marchés publics locaux. Par ailleurs, les communes rencontrent des difficultés dans la mobilisation de ressources propres et connaissent, pour la plupart, des insuffisances dans la planification budgétaire ».

« Pour toutes ces raisons et en vue de promouvoir véritablement le développement local, il s’avère indispensable de procéder à une réforme structurelle du secteur de la décentralisation ». Une réforme dont l’objectif sera d’améliorer la gouvernance communale afin de créer une dynamique de valorisation des potentialités dont recèlent les communes.

A cet effet, cette réforme doit obéir aux principes directeurs ci-après :

  • renforcer la séparation des fonctions politiques et techniques pour améliorer la reddition de comptes et lutter plus efficacement contre l’impunité ;
  • mettre en place un dispositif opérationnel de relai des services publics entre les niveaux central, communal et infra-communal ;
  • améliorer les mécanismes de financement des investissements communaux ;
  • créer des synergies d’action entre le conseil communal, ses démembrements, les associations de développement et les ONG.

Des orientations pour lesquelles le Conseil des ministres a marqué son accord afin de la mise en place d’un comité de réforme qui sera appuyé par deux experts nationaux et un expert international et dont la mise en œuvre sera assurée par Raphael AKOTEGNON, Ministre de la Décentralisation et de la Gouvernance locale.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici