Hygiène publique : L’ANCB et les députés veulent doter le Bénin d’une nouvelle loi

C’est parti pour une synergie d’action entre l’Association Nationale des Communes du Bénin (ANCB) présidée par le maire de Bohicon Luc Sètondji ATROKPO et les députés membres du Réseau parlementaires pour la Décentralisation et le Développement Local et ceux du Réseau des Parlementaires Béninois pour l’Eau et l’Assainissement. L’ambition est  de doter le Bénin d’une nouvelle loi sur l’hygiène publique.

Les trois entités ont en effet décidé ce mercredi 5 décembre 2018 d’œuvrer ensemble, pour conduire à terme, dans un délai raisonnable, le processus de vote de l’avant-projet de loi sur l’hygiène publique en République du Bénin.

Initié par l’Association Nationale des Communes du Bénin avec le soutien financier de la Coopération Allemande à travers le Programme Sectoriel Eau Hygiène et Assainissement (PROSEHA), cet atelier d’échanges de deux jours, porte sur l’avant-projet de loi relative à l’hygiène publique en République du Bénin. Il s’agit pour la faîtière des communes béninoises, d’attirer l’attention des honorables députés membres des deux réseaux parlementaires, sur l’existence de l’avant-projet de loi et la nécessité pour le Bénin de se doter de nouvelles dispositions légales en matière d’hygiène et d’assainissement de base.

S’il est vrai que le Bénin dispose d’une loi sur l’hygiène, il n’en demeure pas moins qu’elle est totalement désuète et ne cadre plus du tout avec le contexte actuel. Selon le député Gildas AGONKAN, président du Réseau des Parlementaires pour la Décentralisation et le Développement Local, il y a vingt ans, la décentralisation n’était pas encore une réalité au Bénin et le Bénin ne disposait pas non plus d’un code de procédure pénale encore moins d’une loi-cadre sur l’environnement.

Or l’actuelle loi qui régit l’hygiène publique date de 1987. Il est donc plus qu’urgent pour le Bénin de se doter d’une loi qui tienne compte de toutes les avancées législatives que le pays a connu depuis lors. Pour leur part, les honorables députés présents à l’atelier sont totalement acquis à la cause et se disent prêt à œuvrer pour la concrétisation de ce rêve porté par l’ANCB, qui est de doter le Bénin d’une loi moderne sur l’hygiène publique.  C’est d’ailleurs ce qu’a fait savoir le député Léon DEGNIN dans son allocution.

Prenant la parole lors de la cérémonie d’ouverture, le président du Réseau des Parlementaires Béninois pour l’Eau et l’Assainissement a salué la démarche de l’ANCB avant de promettre que les députés de la 7ème législature joueront leur partition pour que le processus aille à terme. Le représentant de PROSEHA quant à lui, a appelé à l’engagement de tous pour que les problèmes qui minent le sous-secteur eau, hygiène et assainissement du fait de l’absence de cette loi, soient résolus. De son côté, le député AGONKAN a promis œuvrer avec son réseau pour que le projet puisse être porté par des députés comme une proposition de loi afin d’accélérer son vote.

Toute chose qui ont réjoui le représentant du président de l’ANCB qui a salué la complicité qui existe entre la représentation nationale et la faîtière des communes. « L’existence du Réseau des Parlementaires pour la Décentralisation et le Développement Local est une illustration de cette complicité », a laissé entendre le maire de Kétou, Jean-Pierre BABATOUNDE. Il a ensuite invité les députés à accompagner l’ANCB dans sa démarche afin que le Bénin soit doté d’une loi qui régit l’hygiène publique. « Je ne doute aucunement que chacun de nous ici présent prend la mesure de la situation et de l’importance pour nous de doter notre pays d’une loi sur l’hygiène » a-t-il déclaré. Il n’a pas manqué de remercier la Coopération Allemande qui accompagne l’ANCB dans cette aventure.

Digiprove sealCopyright secured by Digiprove © 2018

A propos Frejus SASSE

Rédacteur en chef / Vidéo - Journaliste / Blogger

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez-vous a notre newsletter