Attaques au Nord-Bénin : 40 terroristes neutralisés

Ecoutez le post

Quarante terroristes impliqués dans les attaques au Nord-Bénin ayant occasionnées neuf morts, ont été neutralisés, par l’armée française au Burkina Faso.

Les responsables des attaques terroristes ayant eu lieu courant la semaine dans le Nord-Bénin, viennent d’être neutralisés par l’armée française.

Dans un communiqué rendu public par l’Armée française, on peut lire que la force Barkhane, « alertée par ses partenaires béninois et burkinabé », « a engagé des capacités aériennes de renseignement pour localiser ce groupe armé » responsable des attentats avant d’effectuer jeudi des frappes aériennes dans lesquelles 40 djihadistes ont été tués.

Selon ledit communiqué, « dans la matinée du 10 février, après avoir localisé et identifié une première colonne de terroristes, se déplaçant à moto, en accord et en coordination permanente avec les autorités Burkinabè, une première frappe aérienne a été effectuée par un drone REAPER, alors que la colonne venait de pénétrer sur le territoire burkinabè. Une dizaine de terroriste ont été neutralisés et cinq motos ont été détruites ».

Le communiqué de presse de l’Armée française renseigne également que « l’engagement d’une patrouille de chasseurs Mirage 2000 a permis de procéder à trois nouvelles frappes visant des regroupements de terroristes à proximité du lieu de la première frappe. Au cours de cette action, plus d’une trentaine de terroristes ont été neutralisés, un pick-up et plus d’une dizaine de motos ont été détruites ».

Le bilan fait donc état de 40 terroristes neutralisés et près d’une vingtaine de motos détruites.

Pour rappel, selon le point fait par le Haut commandement militaire du Bénin au Conseil extraordinaire des ministres du jeudi 10 février, il ressort que la portion de terre dénommée « Point triple », zone frontalière entre le Bénin, le Burkina Faso et le Niger ; que doivent prendre en charge les trois pays est considérée depuis peu comme critique en raison des actions terroristes observées. Et cet espace qui jusqu’alors n’a pas encore fait l’objet d’une action conjuguée des trois pays concernés, est un repaire de braconniers. C’est en allant débusquer ceux-ci, le 8 février 2022 qu’une patrouille de garde forestiers d’African Parks Network (APN) est tombée sur un engin explosif improvisé ainsi qu’une deuxième patrouille dans les mêmes circonstances, faisant au total huit (8) morts (1 agent civil d’APN, 5 gardes forestiers ainsi que leur instructeur français, 1 agent des Forces Armées béninoises) et 12 blessés ». Même sort subi, le jeudi 10 février, par une patrouille de reconnaissance.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici