SONAPRA GATE : Déjà des cadres interpellés et mis sous mandat de dépôt

Jacob ISHOLA, Ancien DG de la SONAPRA

Le scandale de mauvaise gestion des campagnes cotonnières précédentes vient de faire ses premières victimes. Elles sont quatre anciens cadres de la Sonapra qui viennent d’être interpellés et mis sous mandat de dépôt après leur audition.

Il s’agit de :

1- Jacob ICHOLA, ancien DG
2- El Hadj Moussa MOUHAMADOU, DCF
3-Tabé BIO SEKO, DC
4-Aliou MAMA GAO

Ils sont interpellés pour répondre des faits de mauvaise gestion et de détournement des fonds alloués à certaines campagnes cotonnières passées.

En effet, le gouvernement avait rendu public le compte rendu de la mission d’audit organisationnel, technique et financier de la filière coton au Bénin pour le compte des campagnes 2014-2015, 2015-2016 et 2016-2017. Il ressort de ce point que ces trois campagnes, gérées par l’Etat, suite à la suspension de l’accord-cadre Etat-AIC, ont été déficitaires avec à la clé 125 milliards de francs Cfa de perte pour les caisses du pays

La SONAPRA, en tant qu’organe opérationnel ayant assuré la gestion des flux physiques des trois campagnes audités, notamment la mise en place des intrants et la commercialisation du coton ne s’était pas dotée ni de procédures ni d’outils de gestion adaptés à ses missions. Le morceau choisi était plutôt la gestion au pifomètre. Il en est également de même pour l’Office National de Stabilisation et de soutien des revenus agricoles (ONS) ayant assuré la gestion des flux financiers.

Le rapport révèle 7 milliards FCFA de dépenses non justifiées entre 2013 et 2015. Des dépenses qui portent notamment sur des frais de manutention de balles de coton fibres (plus de 3 milliards), des primes et indemnités versées à des comités et commissions créées dans le cadre des opérations des campagnes (près de 1,5 milliard) ; et des réfections de pistes cotonnières (plus d’un milliard). Au-delà de cela, on note d’autres dépenses financées par des fonds mis à la disposition des Directions régionales de la SONAPRA, pour un montant de 31,782 milliards FCFA qui n’ont pu être justifiées puisque les pièces justificatives n’ont pu être fournies à la mission d’audit.

Ces fonds se répartissent comme suit : -11,957 milliards pour la campagne 2013-2014,

-12,605 milliards pour 2014-2015 et

-7,220 milliards pour 2015-2016.

On retient de cette seule rubrique de dépenses non justifiées, une déperdition potentielle de près de 40 milliards FCFA. Pour ce faire, le rapport d’audit suggère, en conséquence, qu’il convient de s’assurer de la régularité des dépenses effectuées et de rechercher la responsabilité des cadres qui ont organisé la gestion de ces fonds.

Toutes choses qui confirment que le dossier SONAPRA est réellement un énorme scandale, qui n’a pas fini de révéler ses secrets, d’autant que le nom de certains députés sont cités.

Digiprove sealCopyright secured by Digiprove © 2018

About Ulvaeus BALOGOUN

Directeur de Publication / Journaliste Multi-média

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *