Rencontre 2018 d’échanges entre l’ANCB et le REMED : Luc ATROKPO scelle un nouveau pacte avec les médias

La plateforme d’échanges de l’Association Nationale des Communes du Bénin avec le Réseau des Médias pour la Décentralisation et le Développement Durable (REMED) a tenu ce mardi 23 octobre 2018 sa session 2018à Bohicon.

Financée par l’Union Européenne à travers le Projet d’Appui aux Associations Nationales et Locales de Collectivités Locales du Bénin (PAACOL-Bénin), cette rencontre d’échanges, a été officiellement ouverte par le président de l’ANCB, le maire de Bohicon Luc Sètondji ATROKPO en présence du président de la commission thématique genre et participation citoyenne de l’ANCB Sévérin d’ALMEIDA, du maire de la ville française d’Aiglemont Philippe DECOBERT, en visite de travail au Bénin, des membres du REMED, et des cadres de l’ANCB.

C’est définitivement parti pour un partenariat gagnant gagnant entre l’Association Nationale des Communes du Bénin (ANCB) et le Réseau des Médias pour la Décentralisation et le Développement Durable (REMED), pour le renforcement de la décentralisation et de la démocratie locale, gage d’un développement durable au Bénin. L’acte de naissance de ce partenariat voulue et initié par le président de la faitière des communes a été, pour ainsi dire, signé ce mardi 23 octobre 2018 à Bohicon au cours de la session 2018 de la Plateforme d’échanges de l’ANCB avec le REMED.

Cette session qui s’est tenue quelques jours seulement après les deux ateliers régionaux de renforcement des capacités des journalistes sur les enjeux de la localisation des ODD en septembre dernier à Dassa-Zoumey et à Cotonou, marque la volonté de l’ANCB et des professionnels des médias membres du REMED, de travailler main dans la main, pour sortir la décentralisation des sentiers battus. Elle fait surtout suite à un constat peu flatteur, selon le président de l’ANCB. En effet, l’état des lieux de la contribution des médias au renforcement de la décentralisation au Bénin révèle que, malgré la grande influence qu’ils ont sur l’opinion publique en général, les hommes et femmes du quatrième pouvoir ont eu un impact relativement faible sur le processus. Très peu sont les journalistes qui s’intéressent véritablement aux questions liées à la décentralisation et au développement local. Un manque d’engouement qui peut s’expliquer selon le maire Luc ATROKPO par plusieurs raisons dont entre autres, la connaissance superficielle des professionnels des médias, des enjeux et des défis de la décentralisation ; le déficit de formations ou de renforcement de capacités des professionnels des médias dans le domaine de la décentralisation ; l’absence de financement et de motivation pour soutenir les productions de presse de qualité sur la décentralisation ; la faible appropriation des concepts occasionnant de graves confusions dues à la non maîtrise des textes de lois sur la décentralisation, pour ne citer que celles-là. C’est donc pour rectifier le tir que l’Association Nationale des Communes du Bénin a initié cette rencontre annuelle avec les membres du REMED.

L’objectif visé étant de favoriser l’émergence d’une presse d’investigation, orientée vers les champs de démocratie à la base et du développement local.
Dans son mot introductif, le président du REMED a salué l’engagement du patron des maires en faveur de l’implication des médias dans la promotion de la décentralisation et du développement à la base. Dans un témoignage très émouvant, Franck KINNINVO a rappelé toutes les actions initiées par le maire Luc Sètondji ATROKPO depuis le début de la décentralisation au Bénin en 2003 pour que les médias accompagnent le processus. Il a fini en rappelant quelques-unes des difficultés que rencontre son réseau depuis sa mise en place en décembre 2017. Pour sa part, la cheffe projet du PACCOL Emmanuelle Berny a rassuré le président et les membres du REMED que la plupart de leurs sollicitations en termes de besoin de formation ont été validées et que dans les jours et mois à venir, ils pourront le constater. Abondant dans le même sens que Franck KINNINVO, le maire d’Aiglemont a lui aussi salué l’engagement du président de l’ANCB en faveur de la décentralisation, notamment la coopération décentralisée qui justifie d’ailleurs la présence de la délégation française conduite par le maire Philippe DECOBERT au Bénin.

Dans son discours d’ouverture, le président de l’ANCB a remercié l’Union Européenne et l’Association Internationale des Maires Francophones (AIMF) pour leur appui avant de réitérer la volonté de l’ANCB à faire du REMED un partenaire sûr pour l’enracinement de la décentralisation au Bénin.
A noter qu’au cours de la session, les participants ont eu droit à trois communications. La première sur les principaux aspects du plaidoyer de l’ANCB dans le cadre de la relecture des textes de loi de la décentralisation, la deuxième sur les objectifs et le point de la mise en œuvre des Attestations de Détention Coutumière (ADC) et la troisième sur les dispositions de la loi sur la fonction publique et son implication pour les communes.

Digiprove sealCopyright secured by Digiprove © 2018

About Ulvaeus BALOGOUN

Directeur de Publication / Journaliste Multi-média

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *