Pour ses propos xénophobes : Armand Gansè encourt 10 ans d’interdiction de diriger.

Armand Gansè, Directeur Général de la SOGEMA, Candidat du Bloc Républicain à la Mairie de Bohicon

Le Directeur général de la Société générale des marchés autonomes (Sogema), Armand Gansè est attendu ce vendredi dans les locaux de l’Office central de répression de la cybercriminalité (Ocrc), pour les propos xénophobes qu’il a tenu à l’endroit de la communauté Peule du Bénin. Il risque 10 ans d’interdiction d’occuper un poste dans l’administration publique.

En effet, le candidat aux prochaines communales dans la commune de Bohicon pour le compte du parti Bloc Républicain a été vu dans une vidéo- amateur qui a circulé sur les réseaux sociaux. Vidéo dans laquelle, il affirmait qu’il n’était pas admissible qu’un membre de cette ethnie prétende se faire élire député à Bohicon. Des propos tenus notamment à l’encontre d’une personnalité politique de Bohicon, actuellement député à l’Assemblée nationale et d’ethnie Peulh. Ces propos ont poussé le Procureur de le République près du Tribunal de première instance de Cotonou, Mario Mètonou, à s’auto-saisir et ouvrir une enquête judiciaire.

LIRE AUSSI : Pour propos racistes : Armand Gansè, objet d’une enquête judiciaire

https://leleaderinfobenin.net/pour-propos-racistes-armand-ganse-objet-dune-enquete-judiciaire/

Selon des sources judiciaires, Armand Gansè pourrait être poursuivi pour « injure avec une motivation raciste et xénophobes », conformément à l’article 551 du code du numérique. Lequel article prévoit, une peine de six mois à 07 ans d’emprisonnement ferme.

Avec le code pénal, il pourrait être condamné pour Atteintes aux ethnies ou communautés organisées et légalement constituées. Pour cette infraction, il est prévu des peines allant de 5 à 10 ans d’emprisonnement ferme et une amende comprise entre 10 millions et 20 millions de FCFA. Le même code pénal, dispose également qu’au cas où l’auteur de l’atteinte est un responsable de l’administration publique, il pourrait être frappé d’une interdiction de diriger sur une période de 10 ans.

1 COMMENTAIRE

  1. Il aurait voulu. Et il va subir la rigueur de la loi. Tout béninois, où il se trouve au Bénin est chez lui. Il faut punir sérieusement pour éviter, pour éviter qu’à l’avenir d’autres tiennent ces propos racistes.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici