Port Autonome de Cotonou : Vers une grève illimitée de l’administration des travaux publics et des transports

Le collectif des syndicats de la plateforme portuaire face à la presse

C’est désormais un secret de polichinelle. La tension sociale monte d’un cran et les acteurs de la plateforme portuaire entrent également dans la danse. Le collectif des syndicats de la plateforme portuaire était ce jeudi en Assemblée générale extraordinaire. L’objectif, procéder à une analyse minutieuse de l’actualité nationale avec en toile de fond le choix d’un mandataire pour la gestion du port et la suppression du droit de grève a certains corps de l’administration publique.

“Merci de venir dire non au Gouvernement qui, sous prétexte de réformes a opté pour la décimation du patrimoine national on ne sait pour quel intérêt. L’acte n°1 de cette décimation est la remise de la gestion des aires protégées (parcs nationaux) aux privés, sans associer les agents assermentés de l’Etat que sont les forestiers formés à grands frais pour la cause.
Aujourd’hui c’est le tour du Port de Cotonou en acte 2. Comment peut-on comprendre que l’outil économique précieux et important pour l’Etat qu’est le Port de Cotonou soit confié à des privés dans l’opacité totale ? Puisque la convention qui lie lesdits privés à l’Etat n’est pas mise sur la table ?”. Tels sont entre autres les griefs porté par ces acteurs de l’administration des travaux publics et des transports à l’endroit du gouvernement qui aurait supprimé le droit de grève à certains travailleurs, cela en contradiction des dispositions de la constitution qui dit que « l’Etat reconnait et garantit le droit de grève ».

Ainsi, dans une diatribe cohérente, faite d’énonciations des actes qui, selon eux, portent préjudice aux droits fondamentaux des travailleurs, l’administration des travaux publics et des transports condamne et fustige la méthode du gouvernement de la rupture qualifiée de ”tyrannique et d’arbitraire”. De la désignation d’un mandataire pour la gestion du port pour les dix prochaines années, les travailleurs de la plateforme portuaire estime que le contrat signé avec le Port d’Anvers ”n’engage que ceux qui ont signé” puisque ”les administrateurs ne sont même pas informé des termes de référence de ce contrat”. Toute chose qui ne répond à aucunes normes de gestion et qui ne prônent pas le dialogue social.

Face à ces manquements de la parole donnée par le gouvernement, le collectif des syndicats de la plateforme portuaire entend enclencher très bientôt une grève illimitée pour non seulement fustiger le choix d’un mandataire en totale contradiction des travaux effectués en amont pour relever les conséquences néfastes de ce choix, mais aussi pour apporter leur soutien total aux agents des secteurs de la santé et de la justice dont le droit de grève a été supprimé

A propos Frejus SASSE

Rédacteur en chef / Vidéo - Journaliste / Blogger

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez-vous a notre newsletter