Piraterie maritime : Désormais une unité à bord des navires à quai


Le Président Patrice Talon

Depuis plusieurs années, le Golfe de Guinée est en proie à la piraterie maritime sur des navires avec des actes des délinquants des mers qui procèdent, de temps à autres, à des incursions en vue d’y effectuer des prises d’otages. Ils s’en prennent donc aux navires ainsi qu’aux hommes qu’ils transportent.

Quand bien même le Bénin n’est pas plus exposé que d’autres, le pays a connu, ces dernières années, 2 cas de piraterie.

C’en est assez pour faire réagir vigoureusement le Président Patrice TALON. Soucieux d’assurer la sécurité dans nos eaux autant qu’à l’intérieur du pays, il a mené les réflexions avec les milieux spécialisés. Cette démarche a conduit à des décisions hardies sanctionnées par un décret. Ledit décret fait désormais obligation aux navires abordant la côte béninoise, d’avoir une équipe de protection embarquée ou, à défaut, de se faire protéger par l’armée béninoise dès qu’ils vont mouiller dans nos eaux pour éviter d’être victime de la piraterie maritime.

En clair, le décret impose aux navires en direction du Bénin d’avoir à leur bord durant la traversée des océans, une unité armée à même de les défendre en mer. Et s’ils n’en ont pas, ils doivent avertir les responsables du Port de Cotonou afin qu’une équipe armée aille à leur rencontre à la lisière de nos eaux pour les conduire sereinement jusqu’au port.

Mieux, toujours à la recherche de l’efficacité, le Président Patrice TALON a tenu ce mercredi, en marge du Conseil des Ministres, une séance de travail avec la direction générale du Port autonome de Cotonou, les responsables de l’Armée béninoise ainsi que les dirigeants des armateurs présents sur la plateforme cotonoise. L’objectif de cette séance était de les sensibiliser à la nécessité de mettre en œuvre cette mesure à laquelle ils ont, du reste, adhéré au point de remercier le Gouvernement béninois et son Chef.

Le Président Patrice TALON leur a, en retour, garantit que l’Etat prendra ses responsabilités car, pour lui, « l’objectif désormais, c’est zéro acte de piraterie dans nos eaux ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici