Peace Lady, 2ème édition : ‘’Le prix, c’est l’enjeu de la paix’’ dixit Raïmath DJIBRIL MORIBA

Mme Raïmath DJIBRIL MORIBA, Présidente de l’Ong Femmes Engagées pour le Développement (FED)

Prôner des valeurs de paix en mettant la femme au cœur de ce processus, comme actrice et ‘’porteurs de paix’’. Telle est la vision de l’Ong Femmes Engagées pour le Développement (FED), à travers l’élection de la Peace Lady, un volet important de son programme Women of peace. Un sacre qui sera connu le dimanche 10 décembre prochain au Bénin Maria Hôtel à partie de 16h.
« La paix est le second nom du développement. Et la femme est un vecteur de paix, donc de développement ». C’est fort de cette remarque que la Présidente de l’Ong Femmes Engagées pour le Développement (FED), Raïmath DJIBRIL MORIBA, explique le concept de l’élection de Peace Lady au détour d’un entretien.
« Peace Lady, c’est le titre que porte une femme à l’issue d’une désignation que l’Ong FED fait sous le contrôle d’un jury qui sélectionne chaque année 3 femmes, ‘’porteurs de paix’’ ». 3 candidates dont la mission sera, au cours de leur campagne, de convaincre l’opinion nationale et internationale, sur des valeurs et des comportements de paix afin de se voir élever au titre de Peace lady pour un an de mandat. Un challenge pour les candidates de cette édition qui ont crevée tous les records, tant leur engagement pour la cause de la paix est sans nul autre pareil.

Processus de sélection et de vote

« Tout commence par une étude de dossier qu’un jury valide » dit d’emblée Mme Raïmath DJIBRIL MORIBA. Une phase très importante au cours de laquelle chaque candidate voit sa candidature étudiée minutieusement sur la base de critères bien définis. « Ce n’est qu’à l’issue de cette phase, qu’elles sont élevées au titre de ‘’Porteur de paix’’ ». Autrement dit, les candidates sont responsabilisées, comme des ambassadeurs pour aller éveiller les consciences de leurs concitoyens sur la nécessité de veiller, de prôner et de militer pour la paix en toutes circonstances. « Devenant ainsi des exemples, elles incarnent et reflètent la paix ».
La deuxième phase du processus est l’entrée en campagne des candidates. « Depuis la première édition, on a toujours ouvert un lien à l’endroit des candidates. C’est le cas cette année où grâce à ce lien de vote, les candidates ont la possibilité d’impacter leur communauté ». Cela à travers leur habileté et leur capacité à mobiliser des internautes derrière la cause qu’elle porte en faveur de la paix.
L’ultime et finale phase permet au public de jauger de la capacité intellectuelle, physique et psychologique de celle qui sera élue Peace Lady. « Mais attention, rien n’est gagné d’avance » prévient la présidente de l’Ong FED, « car les candidates devront plancher sur des thématiques précises, non seulement devant un public mais également devant un jury bien aguerri».

Des soupçons de fraudes ?

« À l’heure où nous parlons, il n’y a eu aucune fraude dans le processus de vote en ligne » rassure Raïmath Djibril Moriba. Répondant ainsi aux allégations faisant état de ce que le lien de vote aurait été piraté par une candidate.
Selon elle, tout a été prévu pour qu’il n’y ait pas de fraude. « Nous avons mis tous les moyens pour sécuriser le vote des internautes en faveur de leurs candidates », a-t-elle déclaré avant de poursuivre « nous avons réussi à sécuriser les votes des candidates de la première édition, il n’y a pas de raison qu’on pirate le lien de vote de cette édition ». Car précise-t-elle,  le lien est sécurisé et attesté  par des experts ; ce qui minimise totalement les risques de fraudes.

 

About Ulvaeus BALOGOUN

Directeur de Publication / Journaliste Multi-média

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *