Mise en service d’adduction d’eau villageoise à Gah Marou et Kpari Sérou : Direct Aïd soulage les populations

L’organisation internationale Koweitienne Direct Aid a posé ses valises dans deux villages de Nikki ce week-end. Gah Marou et Kpari Sérou sont les deux villages que l’organisation a délivrés définitivement de la soif à travers la mise en service de deux grandes adduction d’eau villageoise (Aev) modernes.

Nikki pleure l’eau depuis des années. Cette commune riche et diversifiée souffre d’un besoin criard en eau potable. A Gah Marou par exemple, l’eau du marigot claire ou trouble était la seule disponible pour ces populations qui l’utilisent pour tous leurs besoins. Les années passent et les habitants de ce petit village s’accroissent. Les changements climatiques marqués par un décalage des saisons assèchent l’eau et rend plus difficile, le quotidien de ces populations en l’occurrence des femmes et des enfants. A Kpari Sérou, la situation est restée identique. Face au drame qui prend corps dans ces deux localités, les autorités à divers niveaux ont sollicité l’intervention de l’organisation internationale à caractère humanitaire, social et de développement. Assez touchés par la réalité, les responsables à divers niveaux de cette grande et généreuse organisation n’ont pas marchandé leur disponibilité. Le processus a été entamé et a abouti à l’inauguration ce dimanche de ces deux infrastructures hydrauliques modernes. La joie des populations est à son comble. Les visages rayonnants, vieux et jeunes exultent. Bassines et bidons se côtoient à la grande joie des femmes et jeunes filles. L’imposante infrastructure est bâtie en dalle et reçoit deux tanks d’une capacité de 7000 litres. Chaque Adduction d’eau villageoise est alimentée par une installation photovoltaïque et donne une pleine autonomie énergétique.


Kpari Sérou et Gah Marou en fête plus que jamais

A Kpari Sérou, l’annonce de la construction de l’Aev a mobilisé toute la population. Sous le leadership d’un sage influent de la localité en la personne de Barthélémy Agbo, les habitants du village ont apporté leur grain de sel pour la réussite de l’infrastructure. Dans cette localité aussi la joie était à son paroxysme. Pour le représentant du représentant résident par intérim de l’organisation internationale Direct Aid, Radouane Boukhanfra, l’ampleur du besoin dans les deux localités était telle qu’il fallait agir assez vite. La construction des deux infrastructures est selon l’autorité, une réponse durable à l’équation de pénurie dans la localité. Elles font désormais partie du patrimoine de ces populations et ils se doivent de l’entretenir. C’est d’ailleurs la constante exhortation de l’autorité au cours de ses déplacements. « Cette infrastructure entre définitivement dans votre patrimoine. Vous devez l’entretenir », a-t-il exhorté. Tour à tour, les autorités à divers niveaux des deux localités se sont exprimées pour témoigner leur gratitude à l’autorité.

Successivement, le Président de l’Association de développement de Gah Maru John Layiwola, la Chef de l’arrondissement de Nikki Zeynabou Famou et les différentes autorités sont revenus sur les peines des populations et exprimé leur joie. Le Directeur de l’Agence nationale de protection civile (Anpc), représentant le ministre de l’intérieur, Aristide Dagou a remercié l’organisation internationale qui pour lui joue un rôle essentiel dans la prévention. A travers l’infrastructure, souligne-t-il, c’est le glas des maladies hydriques qui vient d’être sonné dans les deux localités. C’est justement la raison pour laquelle il a appelé les populations à se mobiliser pour entretenir ces infrastructures.

A propos Frejus SASSE

Rédacteur en chef / Vidéo - Journaliste / Blogger

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez-vous a notre newsletter