MASA 2018 : Aminata Mimita Coulibaly remporte le ‘’Prix Ismael Diaby’’ du jeune technicien

C’est celle qui aura retenu toutes les attentions au cours de la cérémonie officielle de clôture du Marché des Arts et du Spectacle d’Abidjan (MASA 2018).
Aminata Mimita Coulibaly, du Circuit Mandingue est sacrée ‘’Prix Ismael Diaby’’ du jeune technicien du MASA édition 2018.

Elle part avec un prix institué par l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF) composé d’une dotation de 3000 euros et d’une formation dans un institut spécialisé.
Selon la Directrice de la section “Langue française, culture et diversités’ de l’Organisation Internationale de la Francophonie (Oif), ce prix rend hommage à Feu Ismael Diaby, un acteur de l’ombre du MASA qui a toujours su allier abnégation, service et surtout professionnalisme dans l’organisation de ce marché devenu aujourd’hui un rendez-vous incontournable des arts de la scène dans le monde. «Le technicien ne se contente pas seulement de régler les sons, les lumières. Le technicien c’est le off du spectacle. Il fait en partie les spectacles. Cela suppose qu’il doit disposer d’outils techniques, de savoir et de savoir-faire. C’est ce qu’avait compris feu Ismael Diaby. Il avait compris que la volonté c’est bien mais la connaissance est meilleure» a expliqué Youma FALL.
Le prix est composé d’une dotation de 10 000 Euros (6.500 000 Fcfa). Avec 3000 Euros (1 950 000 Fcfa) en espèces, et les 7000 Euros (4 550 000 Fcfa), sous forme de stages de formation. Un prix qui commence à se pérenniser dans le temps, état à sa 2ème édition, la 1ère ayant été remporté par Maxime Komenan. Aa travers sa présence au MASA, à chaque édition, l’Organisation Internationale de la Francophonie (Oif) à travers sa section “Langue française, culture et diversités’ ne cesse de réaffirme ainsi son engagement à faire e cet évènement, un espace de promotion et de valorisation de la diversité des expressions culturelles dans toute leur singularité.

Youma FALL, Directrice de la section “Langue française, culture et diversités’ se souvient de Ismaël Diaby


Ismaël Diaby, c’était le Monsieur Masa. C’était le coordinateur technique du Masa ; c’est lui qui coordonnait tous les spectacles de l’événement. Vous l’appelez à n’importe quelle heure pour lui dire même que votre chaussure ne marche pas comme il faut, il vous réglait ça dans les minutes qui suivaient. C’est lui qui coordonnait toutes les commissions du Masa. En 2016 donc, Ismaël Diaby avait tout cordonné pour le Masa. Je me souviens que nous nous sommes parlé à 14h. Ce jour-là, il y avait quelque chose à faire avec les stylistes, et donc il est parti chez Pathé’O. Il m’a rappelé à 15 heures, nous avons fait le point.
A 18h, il m’a rappelée pour me dire qu’on allait faire le point avec le ministre de la Culture et son directeur de cabinet. A 20h, il me rappelle pour me dire ‘’okay, c’est bon, on est prêt à environ 80% en termes d’organisation. Tout est sous contrôle’’. Je le remercie vivement. On devait se parler à 21 heures. A l’heure venue, je l’ai appelé, je ne l’ai pas eu. Ça ne lui ressemblait pas. J’ai insisté, le téléphone a été coupé… Ismaël Diaby venait de mourir.
Je crois qu’il est décédé à environ une semaine du Masa 2016. En 2014, c’est lui qui avait porté toute la communication du Masa. Il a monté beaucoup de partenariats autour du Masa. Il a mis son carnet d’adresses au service du Masa. C’est ainsi qu’on l’a connu et avons travaillé avec lui. Et surtout, je me rappelle qu’on était à Bamako pour préparer les 12 ans, et c’est là-bas qu’il m’a dit qu’il avait un projet qu’il voulait proposer à la Francophonie. Il l’avait appelé ‘’Formation des techniciens de l’ombre du spectacle’’ (Factos). Il a dit que c’était important que ces hommes soient formés. Je lui ai demandé comment cela allait se passer. Il a dit qu’on doit trouver des bourses. Même s’il s’agit d’une bourse par an, le technicien revient, et après il pourra faire la formation des formateurs. C’est ainsi que ce prix a été créé.
Et c’est quand il est décédé que nous avons décidé de marquer le coup, de ne pas nous limiter à financer la formation à hauteur de 7000 Euros, mais à donner aussi 3000 Euros en espèces, et séance tenante, au lauréat de chaque édition.

About Ulvaeus BALOGOUN

Directeur de Publication / Journaliste Multi-média

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *