Manifestations tendues à Malte après l’arrestation d’un homme lié à l’assassinat d’une journaliste, un article de Le Monde.fr – Actualités et Infos en France et dans le monde

Temps de lecture estimé: 2 minutes

[ad_1]

Les manifestants réclament la démission de Joseph Muscat à La Vallette (Malte), le mercredi 20 novembre.
Les manifestants réclament la démission de Joseph Muscat à La Vallette (Malte), le mercredi 20 novembre. GUGLIELMO MANGIAPANE / REUTERS

L’annonce a immédiatement déclenché la colère de plusieurs centaines de Maltais, qui sont venus protester spontanément devant leur Parlement. Mercredi 20 novembre, au petit matin, les forces armées maltaises ont appréhendé un riche et célèbre homme d’affaires local, en train de fuir l’île sur son yacht, alors qu’il pourrait, selon les enquêteurs, « avoir des informations » sur l’assassinat de la journaliste et blogueuse anticorruption Daphne Caruana Galizia. Pour l’instant, le rôle exact de cet homme, nommé Yorgen Fenech, n’est pas précisé, mais plusieurs éléments laissent à penser qu’il pourrait être au cœur de cet assassinat survenu en 2017 et dont le commanditaire reste jusqu’ici inconnu.

Véritable célébrité dans cet Etat – le plus petit de l’Union européenne –, Daphne Caruana Galizia a été tuée il y a tout juste deux ans dans l’explosion de sa voiture, à quelques mètres de chez elle, alors qu’elle multipliait, depuis de nombreuses années, les révélations sur la corruption de cet archipel au milieu de la Méditerrannée. Jusqu’ici, seuls les poseurs présumés de la bombe – trois hommes connus des services de police locaux pour leurs liens avec le milieu – ont été identifiés et arrêtés. Mais ils gardent le silence sur l’identité de celui ou de celle qui était à l’origine de leur mission.

Lire aussi Un homme d’affaires arrêté dans l’enquête sur l’assassinat d’une journaliste maltaise

Tout s’est pourtant accéléré mardi 19 novembre, quand le premier ministre maltais, Joseph Muscat, a annoncé qu’il avait donné son aval pour accorder l’amnistie à un intermédiaire « connecté à l’assassinat », arrêté cinq jours plus tôt dans le cadre d’une opération anti-blanchiment. Cet intermédiaire avait demandé un pardon présidentiel, en échange d’informations sur l’assassinat. A peine quelques heures plus tard, mercredi 20 novembre à 5 h 30 du matin, coup de théâtre : Yorgen Fenech est interpellé à bord de son yacht sur lequel il vient d’embarquer urgemment à la marina de Portomaso, au nord de La Vallette. Direction : l’Italie.

Yorgen Fenech, 37 ans, est bien connu des milieux financiers maltais : c’est un homme d’affaires influent, directeur d’une holding familiale qui possède plusieurs casinos et biens immobiliers, ainsi que l’hôtel Hilton de l’île ou encore celui d’Evian-les-Bains, en France. Mais il était surtout dans le radar de Daphne Caruana Galizia pour ses activités au sein de la compagnie Electrogas. Cette société, une joint-venture qu’il codétient aux côtés de l’allemand Siemens et de l’azéri Socar, avait remporté, en 2013, un juteux contrat avec l’Etat maltais pour la construction de la nouvelle centrale électrique au gaz de l’île. Il est ensuite devenu le directeur de cette centrale, en plus de toutes ses autres activités.

[ad_2]
Source link

A propos Frejus SASSE

Rédacteur en chef / Vidéo - Journaliste / Blogger

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *