Lutte contre la corruption : ALCRER et Fonac demandent une relecture de la loi

Temps de lecture estimé: < 1 minute
Martin Assogba de l’Ong ALCRER et Jean-Baptiste Elias du FONAC

Les organisations de la société civile, en occurrence, l’Ong Alcrer de Martin Vihoutou Assogba et le Fonac de Jean-Baptiste Elias veulent que la loi portant lutte contre la corruption et autres infractions connexes en République du Bénin, votée en 2011, soit relue et adaptée aux exigences du moment.

Ces organisations ont relevé qu’« après quelques années de mise en œuvre, cet instrument juridique a montré certaines limites que plusieurs études ont appelé à corriger ». C’est pourquoi, ils ont remis aux représentants de l’exécutif, du législatif et des institutions de la République, vendredi dernier, un document de position de la Société civile relatif à la relecture de la loi portant lutte contre la corruption et autres infractions connexe au Bénin.

Un document position, qui selon ces organisations de la société civile, prend non seulement en compte les normes des principales conventions internationales, notamment la convention de l’Union Africaine en 2003 et celle des Nations Unies en 2005, mais est adapté aux nouvelles formes de corruption.

Le Garde des sceaux, ministre de la justice, Sévérin Quenum a salué l’initiative et promis que le gouvernement va examiner les recommandations et points d’attention du document élaboré par les deux organisations.

Digiprove sealCopyright secured by Digiprove © 2019

A propos Frejus SASSE

Rédacteur en chef / Vidéo - Journaliste / Blogger

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *