l’extrême droite Vox devient la troisième force en Espagne, un article de Le Monde.fr – Actualités et Infos en France et dans le monde

[ad_1]

Etant donné la fragmentation du Parlement et l’absence de majorité de gauche, les socialistes, arrivés en tête, auront du mal à former un gouvernement.

Par Publié aujourd’hui à 06h34, mis à jour à 06h56

Temps de Lecture 5 min.

Article réservé aux abonnés

Santiago Abascal, leader du parti d’extrême droite Vox, célèbre les résultats des élections avec ses partisans, le 10 novembre à Madrid.
Santiago Abascal, leader du parti d’extrême droite Vox, célèbre les résultats des élections avec ses partisans, le 10 novembre à Madrid. ANDREA COMAS / AP

Le socialiste Pedro Sanchez espérait que la tenue de nouvelles élections législatives, sept mois après le scrutin d’avril dernier, lui donnerait une majorité « plus claire » pour gouverner et lui assurer une législature stable. Dimanche 10 novembre, elles n’ont cependant fait qu’affaiblir la gauche, entériner la fragmentation et la polarisation du Parlement et compliquer davantage la sortie du blocage politique.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Les scrutins en série et les jeux de pouvoir lassent les Espagnols

Le Parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE) reste la première force politique en Espagne, avec 28 % des voix, mais il a perdu trois sièges, passant de 123 à 120 députés (sur 350). La coalition de la gauche radicale Podemos chute de 42 à 35 sièges (12,8 %). Les libéraux de Ciudadanos s’effondrent, de 57 à seulement 10 députés (6,8 %), tandis que le Parti populaire (PP, droite) remonte, de 66 à 88 sièges (20,8 %).

L’extrême droite tire profit des législatives

C’est l’extrême droite qui tire le plus de profit de ces nouvelles élections, les quatrièmes en quatre ans. « Il y a onze mois, Vox n’avait aucune représentation, dans aucune institution. Aujourd’hui, nous sommes la troisième force politique en Espagne et celle qui augmente le plus », a lancé le président de la formation, Santiago Abascal. Avant de se féliciter d’avoir mené « un changement politique et culturel » et « ouvert tous les débats interdits », devant des centaines de sympathisants euphoriques, faisant onduler des drapeaux espagnols et demandant l’emprisonnement de l’ancien président du gouvernement catalan, l’indépendantiste Carles Puigdemont, actuellement réfugié en Belgique. Avec plus de 3,5 millions de votes et 15 % des voix, Vox passe de 24 à 52 sièges au Parlement espagnol, surfant sur le regain de tension vécu en Catalogne depuis la condamnation de neuf leaders indépendantistes à des peines allant de 9 à 13 ans de prison.

Alors que la crise catalane a joué un rôle majeur dans la campagne et mobilisé la droite, l’incapacité des socialistes et de Podemos à se mettre d’accord pour gouverner a démobilisé la gauche. Le taux de participation s’en est ressenti. A près de 70 %, il baisse de cinq points par rapport au mois d’avril.

[ad_2]

Source link

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici