La NASA enquête sur le possible premier délit commis dans l’espace, un article de Le Monde.fr – Actualités et Infos en France et dans le monde

Temps de lecture estimé: 2 minutes

[ad_1]

Selon le « New York Times », l’astronaute Anne McClain est soupçonnée d’usurpation d’identité, après avoir accédé aux données bancaires privées de son ex-épouse.

Le Monde avec AFP Publié aujourd’hui à 06h10, mis à jour à 06h30

Temps de Lecture 1 min.

L’astronaute Anne McClain, à Moscou, le 14 novembre 2018.
L’astronaute Anne McClain, à Moscou, le 14 novembre 2018. STR / AFP

Ce pourrait être une banale histoire de couple, mais le tumultueux divorce entre l’astronaute Anne McClain et son ex-compagne, Summer Woren, semble prendre un curieux tournant historique. La NASA enquête en effet sur ce qui pourrait être le premier délit commis dans l’espace, rapporte le New York Times, samedi 24 août. Anne McClain est accusée d’usurpation d’identité et d’accès irrégulier aux dossiers financiers de son ex-épouse depuis la Station spatiale internationale (ISS) où elle se trouvait pour une mission de six mois, selon le quotidien.

Son ancienne épouse a déposé plainte cette année auprès de la Commission fédérale du commerce (FTC), une agence indépendante, après avoir appris qu’Anne McClain avait accédé à son compte bancaire sans sa permission. La famille de Summer Worden a également déposé plainte auprès de l’inspection générale de la NASA, selon le journal.

Les deux femmes interrogées

Pour l’avocat d’Anne McClain, sa cliente n’a rien fait de mal et a accédé aux comptes bancaires pendant qu’elle se trouvait à bord de l’ISS afin de surveiller le compte joint du couple, ce qu’elle faisait au cours de leur relation. Les enquêteurs de l’agence spatiale américaine ont contacté les deux femmes, selon le New York Times.

Summer Worden a indiqué que la FTC n’avait pas répondu concernant l’usurpation d’identité, mais un enquêteur spécialisé ainsi que l’inspection générale de la NASA examinent l’accusation, selon le New York Times.

Des responsables de l’agence ont confirmé au quotidien qu’ils n’avaient pas connaissance de précédent délit commis depuis la station spatiale internationale.

[ad_2]
Source link

A propos Frejus SASSE

Rédacteur en chef / Vidéo - Journaliste / Blogger

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *