Vente des réserves administratives : Des cadres de la Mairie de Calavi devant la Criet

La Cour de Répression des Infractions Économiques et du Terrorisme (Criet) va écouter des anciens maires et autres cadres en charge du foncier de la commune d’Abomey-Calavi suite à l’état des lieux issu du recensement des réserves administratives de ladite commune.

En effet, c’est suite au message radio numéro 650/Mdgl/Dc/Sgm/Ctj/Sa de Alassane Seïdou, Ministre de la Décentralisation et de la Gouvernance locale, que le recensement des réserves administratives a été effectué dans toutes les communes du Bénin dont Abomey- Calavi. Une décision qui fait suite à celle prise en Conseil des Ministres, qui explique que cette opération a été initiée suite à un rapport de mission qui a relevé « de graves dysfonctionnements dans la gestion » desdites réserves dans nombre de communes en plus « du défaut de préservation ».

Après recensement dans la Commune d’Abomey- Calavi, il ressort

que dans l’opération d’implantation des plaques, plus de 39 hectares ont été illégalement occupés par des acquéreurs, qui les auraient acquis auprès de certains cadres et ex-hommes forts de la Mairie d’Abomey- Calavi, de connivence avec quelques géomètres dont certains seraient même actuellement en prison pour mafia foncière.

Selon certains recoupements, les 39 ha auraient été morcelés et vendus à petit coup, à près de 1200 personnes qui se retrouvent aujourd’hui en situation irrégulière sur le point d’être déguerpies au cas où la superficie de leur parcelle serait de 300 m2, puisque la plupart des parcelles dans Calavi ont été recasées sur une superficie de 200 m2.

Face à ces cas de vente de réserves administratives, le maire Angelo Ahouandjinou a fait installer un comité d’enregistrement des plaintes en vue de voir clair et ainsi pouvoir situer les responsabilités.

Mais en attendant, il y a fort à parier, au regard des cas de dénonciations déjà enregistrés, que d’anciens responsables de la Maire de Calavi se retrouvent devant la Criet pour mafia foncière et escroquerie.

Pour rappel, le Conseil des ministres avait instruit toutes les autorités décentralisées des 77 communes à prendre des dispositions relatives à l’établissement de la situation exacte de toutes les opérations de lotissement et de remembrement et à la suspension de leur cession ; à la production de l’inventaire des réserves existantes ; à la mise à disposition de l’ensemble des contrats liés aux opérations de lotissement et le point financier de l’exécution des différents contrats.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici