Traite négrière transatlantique : Budal Gie honore le dernier survivant, Cudjo Oluale Kossola Lewis

Ecoutez le post

Cudjo Oluale Kossola Lewis, fils de Bantè, dans le département des collines, déporté en tant qu’esclave en Amérique et présenté comme le dernier survivant du dernier navire négrier à entrer aux Etats-Unis, le navire “Clotilde“ est à l’honneur. 

C’est à travers une conférence internationale que le Bureau de Développement Afrik’Alabama (Budal-Gie) célèbre Cudjo Oluale Kossola Lewis, cette figure historique de l’esclavage décédée le 26 juillet 1935 à l’âge estimé de 94 ans. A en croire la présidente de Budal Gie, Anick Santos, il est plus qu’impérieux de célébrer annuellement, l’aïeul Cudjo Oluale Kossola Lewis afin de perpétuer l’histoire de la traite négrière et d’honorer la mémoire de l’un des pères fondateurs de la communauté Africatown à Alabama aux Etats-Unis. Une communauté qui est aujourd’hui un véritable morceau de l’Afrique de l’Ouest à Alabama. 

Ainsi donc, la tenue de cette conférence est pour Anick Santos, la consécration non seulement d’un devoir de reconnaissance envers un fils du Bénin qui a été déporté, mais aussi une façon de réécrire et de raconter l’histoire des déportés en entretenant la flamme de la reconnexion des descendants afro-américains avec la terre natale de leur aïeul Cudjo Oluale Kossola Lewis.

Un devoir de mémoire salué par le représentant du maire de la commune de Bantè, Innocent Kocou Akobi, selon qui, cette initiative salutaire va permettre de rehausser le Bénin, dans l’histoire de la traite négrière, à travers la commune de Bantè, où le dernier survivant du dernier navire négrier “Clotilde“, est né. 

Aussi bien le représentant du maire de Prichard, Gédéon Kiki, que la représentante de l’Ambassade des Etats-Unis d’Amérique près le Bénin, tous ont reconnus la nécessité de promouvoir l’histoire et de perpétuer la mémoire, qui durant ses dernières années de vies a joué un rôle important de passeur de mémoire, racontant l’histoire du Navire négrier “Clotilde“ et transmettant sa culture du Dahomey, aujourd’hui Bénin.

Pour l’immortaliser, une statue a été érigée à la Place de la solidarité, le Belvédère de la Colline Koubété de Bantè.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici