Retour des trésors royaux : Une « marche certaine et manifeste vers le développement » selon Raïmath Djibril Moriba

Ecoutez le post

Le retour au Bénin, ce mercredi, des trésors royaux d’Abomey pillés durant la colonisation est le début d’une « marche certaine et manifeste vers le développement » pense Raïmath Djibril Moriba, Présidente de l’ONG « Femmes Engagées pour le Développement ».

Dans une tribune publiée sur sa page Facebook, Raïmath Djibril Moriba salue la clairvoyance du Chef de l’Etat, Patrice Talon et estime que le retour des trésors royaux marque la volonté de notre pays à accéder au développement en intégrant la culture, socle des repères, des leviers d’identité, de cohésion sociale et de mobilisation collective à la marche du développement.

LIRE L’INTÉGRALITÉ DE SON MESSAGE :

NOS TRÉSORS RESTITUÉS, VOILÀ ENFIN, UNE MARCHE CERTAINE ET MANIFESTE VERS LE DÉVELOPPEMENT.

Le Bénin, notre pays vient de poser un acte historique de grande dignité et d’une fierté imparable à travers la restitution de vingt six( 26) de ses oeuvres, autrefois spoliées par le colonisateur français. Après plus d’un siècle de séjour sur une terre étrangère à leur origine, ces oeuvres, telles des esprits, ont pu retrouver le chemin du retour grâce à la clairvoyance et la sagacité du premier des béninois, son excellence, le Président Athanase Guillaume TALON.

Cet acte, au-delà du symbolisme qu’il dénote marque fort bien, la volonté de notre Nation d’accéder au développement de la plus belle manière, celui d’intégrer la culture, socle des repères, des leviers d’identités, de cohésion sociale et de mobilisation collective à la marche du développement. Il est aujourd’hui admis qu’aucun développement, brillant et rassurant n’est possible en occultant le secteur culturel.

C’est pourquoi, tous les pays qui courent vers l’émergence et le développement n’y pensent pas en fermant les portes aux valeurs culturelles. Les Pays comme la Chine, l’Inde, l’Indonésie, le Brésil sont des exemples palpables et tangibles de cette conscience culturelle.

Le secteur de la culture est donc, assurément, un vaste chantier générateur d’emplois, de revenus et des compétences avérées. Elle est inexorablement , l’élément vital d’une société dynamique qui s’exprime dans la manière de raconter ses histoires, de rappeler le passé, et d’imaginer l’avenir.

J’ose croire que, notre pays ambitionne de prendre l’exemple sur ces pays qui sont devenus des exemples de développement à travers la culture. Dans tous les cas, le retour de ces oeuvres de grande portée historique pour notre Nation, saura être une bénédiction de sorte que notre pays puisse aussi être cité très prochainement parmi ces pays prospères.

Je ne saurai, finir mon propos sans rappeler les termes de l’UNESCO, sur la portée de la culture sur le développement. En effet, l’UNESCO prescrit que : « La culture nourrit les capacités et les valeurs humaines et est donc un ressort fondamental du développement durable des communautés des peuples et des Nations ».

Il est donc clair que le rôle de la culture est déterminant pour tout développement. Je reste convaincue que le Bénin, berceau du vodoun ne se départira pas, de cette réalité et qu’il saura dans la mesure du possible, concilier le culturellement correct au culturellement prospère.

Ce qui est certains, cette terre des grands Roi BÉHANZIN, KABA et de Bio GUERRA triomphera du cercle vicieux du sous- développement vers le cercle vertueux du développement durable et prospère.

Pour l’heure, nous souhaitons la bienvenue et un excellent séjour à nos illustres trésors royaux qui arrivent pour sonner le glas du développement au Bénin.

Raïmath DJIBRIL MORIBA,
Présidente de FED-ONG

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici