Rançonnement dans des hôpitaux à Calavi et Bassila: Des agents de santé suspendus

La lutte contre les mauvaises pratiques en milieu hospitalier prend une nouvelle tournure depuis quelques jours avec la Commission chargée du contrôle des structures de prestations de soins médicaux qui vient d’épinglés des agents de santé pour rançonnement.

« Scandalisés par les rançonnements dont ils ont été victimes de la part du personnel de santé au service des urgences du CHUZ d’Abomey-Calavi dans la nuit du 14 au 15 juillet 2020, les parents d’un patient dans un état comateux suite à un accident de circulation, ont porté plainte auprès du ministre de la santé. Les investigations ont permis de relever des actes de rançonnements des usagers dans le service des urgences du CHUZ d’Abomey-Calavi et un manque de transparence dans les mouvements de l’ambulance de cet Hôpital », a déclaré le Professeur Blaise Ayivi, coordonnateur de la Commission chargée du contrôle des structures de prestations de soins médicaux dont les propos sont rapportés par Fraternité.

Le second cas se retrouve dans la partie septentrionale du Bénin, notamment à l’hôpital de zone de Bassila. « Deux agents de santé ont perçu sans donner de reçu, des frais d’utilisation de l’oxygène non dispensé. Ces deux agents en cause ont reconnu l’illégalité de leur acte et ont restitué la somme indûment perçue, estimant que c’était une erreur. Selon le degré de gravité des faits et de la culpabilité des mis en cause dans ces cas de rançonnements, des propositions d’actions ont été faites à l’Autorité pour décourager à jamais ces comportements dans nos hôpitaux et autres formations sanitaires », a précisé Blaise Ayivi.

Pour rappel, déjà trois cabinets médicaux de soins et cliniques d’accouchement privés qui s’entêtent à exercer en marge de la réglementation sanitaire en vigueur au Bénin ont été épinglés à Cotonou, Abomey-Calavi et Bopa.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici