Présidentielle 2021 : Sébastien Ajavon forclos

Ecoutez le post

A quelques mois de la présidentielle d’Avril 2021, le président du Parti Union Sociale Libérale (USL), Sébastien Ajavon est annoncé hors course pour la compétition à la magistrature suprême, malgré les décisions de la CADHP en sa faveur.

L’information est donnée par l’universitaire et ancien ministre de la justice du Bénin, Victor Topanou. A l’en croire, même si toutes les demandes de la CADHP étaient appliquées par l’Etat du Bénin, Sébastien Ajavon ne pourra jamais aller à l’élection présidentielle de 2021. Pour cause : son statut de réfugié politique à lui octroyé depuis quelques mois par la France.

Victor Topanou rappelle l’article premier paragraphe A.2 de la Convention de Genève du 28 juillet relatif au statut des réfugiés et entrée en vigueur le 22 avril 1954 qui explique que le réfugié est « toute personne qui, craignant avec raison d’être persécutée du fait de sa race, de sa religion, de sa nationalité, de son appartenance à un certain groupe social ou de ses opinions politiques se trouve hors du pays dont elle a la nationalité et qui ne peut, ou, du fait de cette crainte, ne veut se réclamer de la protection de ce pays, ou qui, si elle n’a pas de nationalité et se trouve hors du pays dans lequel elle avait sa résidence habituelle à la suite de tels évènements, ne peut ou en raison de ladite crainte, ne veut y retourner ». Un texte de loi qui empêche donc Sébastien Ajavon d’être candidat à la présidentielle de 2021 puisque le statut de réfugié implique de fait qu’il n’est pas en sécurité au Bénin et qu’il pourrait être en danger. De facto, impossible pour lui de prétendre revenir dans son pays pour exercer ses droits politiques et civils. Car le réfugié a le droit d’aller à l’étranger, mais s’il retourne dans son pays d’origine, il perd son statut de réfugié.

Le professeur en Sciences politiques estime que la CADHP en rendant des décisions en faveur de Sébastien Ajavon a raté « une occasion de faire avancer, par un bel Arrêt, la cause des réfugiés, notamment sur la question de leurs droits politiques ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici