Code électoral modifié : Les explications de Alain Orounla

Ecoutez le post
Alain Orounla, Ministre porte-parole du gouvernement

Le ministre Porte-parole du gouvernement, Alain Orounla est revenu ce vendredi, sur ce qu’il fallait comprendre de la modification du code électoral.

Entretenant les professionnels de médias, à la salle de conférence du ministère du travail et de la fonction publique, Alain Orounla a fait savoir, dans un premier temps que, la loi 2020-13 du 02 juin portant interprétation et complétant la loi n°2019-43 du 15 novembre 2019 portant code électoral en République du Bénin, a été déjà promulguée par le Chef de l’Etat.

Selon le ministre de la communication, porte-parole du gouvernement, Alain Orounla, l’acte posé par le chef de l’Etat traduit le respect qu’il nourrit pour la classe politique nationale. En témoigne la rencontre qu’il a eu avec tous les acteurs politiques pour recueillir leur avis et leurs appréhensions avant de procéder à la promulgation de ladite loi.

A en croire le ministre, la loi n’a pas besoin d’être absolue et générale.  Elle s’adapte ». Et c’est ce qui explique la modification du code électoral intervenue afin de mettre un terme aux manœuvres politiciennes.

Selon Alain Orounla, rien de fondamental ne change puisque c’est le parti majoritaire qui désigne toujours le maire, ses adjoints et en informe le Préfet. Il n’a donc pas été question de modification des règles du jeu, au cours du jeu, mais d’une interprétation nécessaire à préciser pour éviter les amalgames.

‹‹La loi votée par le parlement à l’initiative du parlement est une loi d’interprétation et de précision c’est à dire qu’on n’a pas voulu laisser place aux spéculations et manœuvres qui pourraient se faire dans le silence de certaines dispositions qu’on l’a rappelé. Rien n’a changé ››, a-t-il affirmé.

Pour rappel, la loi portant interprétation et complétant la loi 2019-43 du 15 novembre 2019 portant code électoral en République du Bénin a été adoptée le mardi 2 juin en procédure d’urgence, par les députés de la 8è législature aux fins de pallier les difficultés liées à l’élection des maires et de leurs adjoints à l’issue des élections communales du 17 mai 2020.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici