Médias : Des journalistes outillés sur la crédibilité et l’importance du métier en période électorale

Ecoutez le post

Depuis le 14 mars dernier, il se tient un séminaire de formation des professionnels des médias sur la crédibilité du journalisme et les enjeux de la couverture des élections organisée par le Groupe Siyabonga Gold et la Fondation Konrad Adenauer-Stiftung à l’endroit d’une trentaine de journalistes au Millénium Popo Beach à Grand-Popo.

« Cette formation a pour objet d’évaluer ce que pèse encore la crédibilité du journaliste dans le contexte béninois et africain et de souligner l’importance des médias dans un processus démocratique en particulier à l’aube des échéances électorales du 11 Avril 2021 » a rappelé d’emblée, Gérard Guèdègbé, Chief Exécutive Officer du Groupe Siyabonga Gold, lors de l’ouverture des travaux du séminaire de formation des professionnels des médias.

A l’en croire, « notre responsabilité s’amplifie avec la poussée vertigineuse des plateformes numériques au moment où les médias toutes catégories incluses doivent faire face aux nombreux défis liés à leurs besoins existentiels… Aujourd’hui plus qu’hier, la société se trouve confrontée à de nouvelles menaces et défis auxquels les médias doivent s’adapter pour jouer au mieux leur rôle ». Toutes choses qui expliquent le bien-fondé de cet atelier de formation dont l’objectif essentiel est « de fournir aux acteurs du quatrième pouvoir, les outils nécessaires à leur rayonnement professionnel et social en vue du renforcement de la crédibilité du corps de ce métier et de l’intégrité de ses acteurs ».

Ainsi, il va s’agir durant 5 jours, d’échanger autour de la façon dont le journaliste doit se comporter pour apporter des informations crédibles ; le rôle du journaliste dans la couverture des élections et la conduite déontologique à avoir pour une couverture responsable des élections. Autant de problématiques, pour lesquelles l’engagement du professionnel des médias, homme du « quatrième pouvoir de se tenir aux portes de la promotion des valeurs démocratiques au sein de la société » est effective et constitue la base de son mandat.

C’est pourquoi, a rappelé Gérard Guèdègbé, « la raison d’être sociale d’un journaliste est d’être au rendez-vous du droit de savoir du citoyen en fournissant des informations d’intérêt public afin que ce dernier se sente libre et autonome de décider ».

Durant ces 5 jours de formation, les professionnels des médias seront entretenus sur le diagnostic des problèmes de la presse béninoise, le journalisme mobile et la pluridisciplinarité, les principes clés d’une couverture responsable des élections, du rôle du journaliste dans la couverture des élections, la gestion des Fake News et le modèle économique de la presse.  

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici