Crise au sein de la CNAB : Joyannot Amouzoun vomi par le collectif des artisans

Ecoutez le post

Après leur sortie du 21 février dernier, la Confédération Nationale des Artisans du Bénin (CNAB) s’est réunie ce mardi 22 septembre 2020 à Akpakpa pour une fois encore dénoncer la mauvaise gestion qui règne dans le secteur artisanal et dont l’instigateur serait l’ancien président de la Confédération Joyannot Amouzoun.

« La loi demeure-t-elle ? Allons-nous l’obéir ? A bas l’escroquerie ! ». Tel est le slogan du corps des artisans réunis ce mardi pour dénoncer les problèmes qui minent le secteur de l’artisanat au Bénin. A travers cette sortie médiatique, la CNAB dénonce la prise en otage dudit secteur par l’ancien président Joyannot AMOUZOUN. Poussé à la sortie par ses paires, ce dernier rejetterait toute idée de démission en poursuivant sa gestion au mépris des textes.

Dans sa déclaration ce mardi, la Confédération dénonce des actes attentatoires à la survie du secteur de l’artisanat dont la politisation à outrance caractérisée par une sortie annoncée pour susciter la candidature du Chef de l’Etat, Patrice TALON. Selon le secrétaire général de la CNAB, Eli Kokou, ce mouvement de remerciement et de suscitation pour un second mandat du Chef de L’État n’est qu’une flatterie, qui n’est d’ailleurs pas le fruit de la Confédération Nationale des Artisans du Bénin (CNAB).

« Le secteur de l’artisanat qui est supposé être le plus grand pourvoyeur d’emploi et de devises pour notre pays est pris en otage par des hommes en collaboration avec des hommes politiques. Ce secteur souffre dans les mains des imposteurs de par leur gestion clanique axée sur la politisation à outrance », a déclaré Eli Kokou avant de poursuivre « nous dénonçons avec véhémence ce jour, l’escroquerie dans le secteur de l’artisanat mis en place par Joyannot Amouzoun. Egalement sommes-nous contre le compte bancaire parallèle de la Confédération qu’il a ouvert en son nom propre ».

A en croire le secrétaire de la CNAB, Joyannot Amouzoun est accusé d’avoir retiré une somme de 40.000f pour l’examen du CQM de Juin 2020 qu’il a soutiré auprès des collectifs à la base. Même récriminations de la part de Salami Dine KOUNASSO, président du collectif des artisans d’Adjohoun. « Le gouvernement nous avait octroyé une subvention d’une vingtaine de millions pour l’organisation de l’examen CQM des enfants. La commune d’Adjohoun par exemple devait bénéficier de 374.000f mais finalement le président Joyannot Amouzoun nous a remis des miettes et même des pourcentages ont été prélevés de cette somme », s’est-il désolé.

Selon la Présidente de la Fédération Hygiène et Soins Corporels du Bénin, Prisque PADONOU, les artisans sont frustrés par la gestion frauduleuse faite de leur regroupement. C’est pourquoi, elle invite le mis en cause à se retirer afin de laisser place à ceux qui veulent le bien et l’évolution du secteur artisanal.

« Pour le respect de nos textes, la crédibilité de nos institutions et le décollage du secteur, nous suggérons au Président de la République, Son Excellence Patrice Talon, que des mesures soient envisagées pour barrer la voie à ces imposteurs », a plaidé, pour finir, le secrétaire de la Confédération nationale des artisans du Bénin, Eli KOKOU.

Pour rappel, l’artisanat occupe la troisième place en termes de contribution au PIB (12%)  après l’agriculture et le commerce au Bénin. Le monde  artisan représente près de 50% de la population active et environ 52% des unités économiques. Ce secteur apparaît donc comme une source potentielle de création de richesse et d’emplois. C’est pourquoi, le Gouvernement a mis en place le Fonds de Développement de l’Artisanat (FDA) par décret n°2017-387 du 04 août 2017. 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici