Criet : Deux magistrats et un commissaire déposés à la Prison d’Akpro-Missérété

Ecoutez le post
Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme du Bénin (Criet)

Deux magistrats, le procureur du tribunal de première instance de deuxième classe de Kandi, Abdoul Adéoti, ainsi que son substitut, Alphonse Amoussou et le commissaire par intérim du commissariat de police de Kandi, Abrazizou Ali Baba sont depuis ce mardi placés sous mandat de dépôt à la prison civile d’Akpro-Missérété.

Selon certaines informations recueillies, les deux magistrats et le commissaire auditionnés par la Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme (CRIET) sont accusés  entre autres, d’intelligence avec une organisation de terrorisme, abus de fonction et corruption. Il leur est fondamentalement reproché d’avoir remis en liberté un suspect terroriste de nationalité nigériane.

La défense, selon La Nation a plaidé à défaut de la mise en liberté des trois prévenus, pour leur placement sous contrôle judiciaire. Mieux, les conseils observent que le dossier est techniquement vide. Il n’y a aucune preuve matérielle encore moins intentionnelle qui montrent que les prévenus ont commis les faits mis à leurs charges. Le parquet de Kandi n’a fait qu’user de son pouvoir de l’opportunité de poursuites que lui confère la loi en libérant le soi-disant terroriste qui serait connu de tous comme un « fou », aurait expliqué la défense.

Mais malgré que la défense ait plaidé pour que les deux magistrats et le commissaire soient mis en liberté ou sous contrôle judiciaire, le ministère public représenté par le procureur spécial près la CRIET,Gilbert Ulrich Togbonon a préféré les garder dans les liens de la détention sous mandat de dépôt à la prison civile d’Akpro-Missérété

Les faits

Le suspect du nom de Sadam Oumarou, selon l’Agence Bénin Presse, aurait été arrêté le 02 mai dernier par les éléments des Eaux, Forêts et Chasses de Kandi en service dans le parc Pendjari.

Gardé à vue et écouté par le commissaire par intérim du commissariat de police de Kandi, le suspect aurait été présenté au parquet du Tribunal de première instance de deuxième classe de Kandi.

Auditionné par le substitut du procureur de la République près ledit tribunal avec le concours d’un traducteur en langue,  Sadam Oumarou aurait été mis en liberté à l’issue de l’audition par le magistrat du parquet, qui aurait décidé de le relâcher pour insuffisance de charges.

Une mise en liberté qui selon les uns et les autres serait jugée suspecte et a conduit à faire remonter l’information, d’où la saisine du dossier par la CRIET. Sadam Oumarou, le suspect est resté introuvable depuis sa mise en liberté.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici