Covid-19 : Discothèques, plages et cérémonies toujours interdites

Ecoutez le post

Malgré la réouverture des églises, mosquées et lieux de culte, les discothèques, les plages et les cérémonies de réjouissances sont toujours interdites à cause de la pandémie de la Covid-19

Selon le Conseil des ministres qui s´est tenu ce mercredi 27 mai, de nouvelles mesures ont été prises visant à lever les restrictions qui entourent les églises, mosquées et lieux de culte, pour compter du mardi 2 juin 2020.

Mais le conseil des ministres interdit toujours l’ouverture des discothèques, boites de nuit et plages ainsi que l’organisation de cérémonies de réjouissances. Cela afin de limiter la propagation de la pandémie de Covid-19. « Cependant, restent fermées ou interdites jusqu’à nouvel ordre, les discothèques, les plages, les cérémonies de réjouissance » explique le conseil des ministres.

Ainsi, demeurent non autorisées, l’ouverture des discothèques et les cérémonies de réjouissance jusqu’à nouvel ordre. Et les plages restent interdites d’accès.

Ces mesures n’ont pas été levé pour empêcher le virus de se propager d’autant qu’il est difficile aujourd’hui pour le gouvernement de veiller au respect des gestes barrières notamment de la distanciation sociale.

Le Conseil des ministres demande par ailleurs, aux promoteurs et responsables de bars, ils sont tenus de faire respecter, en leur sein, les mesures de prévention édictées à savoir la mise en place de dispositif de lavage ou d’aseptisation des mains et l’observance de la distance de sécurité sanitaire d’au moins un mètre entre usagers.

A l’endroit des véhicules de transport en commun de personnes, il leur est demandé de circuler à nouveau, à condition de veiller au respect, à leur bord, du port de masque ainsi que l’espacement conséquent des passagers pour le respect de la distanciation sociale.

C’est pourquoi, le conseil des ministres estime que dans le but de continuer à garantir l’efficacité de la riposte, il est impérieux que les règles d’hygiène et de prévention préconisées depuis le début de la pandémie, restent en vigueur.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici