ANCB : Voici le bilan du 1er mandat de Luc Atrokpo

Ecoutez le post

Réélu ce lundi 21 décembre 2020, à la tête de la faîtière des communes, l’Association Nationale des Communes du Bénin (Ancb), pour un mandat de 6 ans, le bilan de Luc Sètondji Atrokpo interpelle plus d’un, pour avoir dirigé l’institution pendant 5 ans.

Durant le congrès ordinaire, Luc Atrokpo est revenu, dans son discours, sur les actions qu’il amené durant sa présidence, les partenariats que l’ANCB a pu signé et surtout les axes fort de sa gouvernance basée sur la mobilisation des ressources propres dans les communes, la gestion rationnelle de ces ressources, la formation des cadres pour une gestion axée sur les résultats et la mise en place de mécanismes permettant une gestion participative ayant à coeur le bien-être des populations.

DISCOURS DU PRÉSIDENT DE L’ANCB À L’OUVERTURE DU QUATRIÈME CONGRÈS ORDINAIRE DE L’ASSOCIATION NATIONALE DES COMMUNES DU BENIN

  • Monsieur le Ministre de la Décentralisation et de la Gouvernance Locale ;
  • Mesdames et messieurs les membres du corps diplomatique et consulaire ;
  • Mesdames et messieurs les représentants des Institutions de la République ;
  • Mesdames et messieurs les représentants des partenaires techniques et financiers ;
  • Madame et messieurs les Préfets de département ;
  • Mesdames et messieurs les maires, adjoints au maire et autres représentants de communes ;
  • Distingués invités,
  • Mesdames et messieurs,

C’est avec un sentiment de reconnaissance, de mission accomplie et de fierté que je m’adresse à vous toutes et à vous tous, à l’occasion de l’ouverture de ce quatrième Congrès de l’Association Nationale des Communes du Bénin (ANCB) que j’ai eu l’immense honneur de présider durant les cinq dernières années.
Reconnaissance envers les élus de la mandature 2015-2020 parce que je n’aurais pas pu faire l’exaltante expérience de servir notre association commune, sans eux, sans leur confiance et sans leur accompagnement durant le mandat.
Mission accomplie parce que les membres du bureau sortant et moi-même, avec l’aide de tous les élus, et le soutien du Gouvernement et de son Chef ainsi que des partenaires techniques et financiers, avons essayé de donner le meilleur de nous-mêmes pour accompagner nos administrations locales dans l’amélioration continue de la qualité de la gouvernance et des services qu’elles offrent à nos concitoyens. Les résultats auxquels nous sommes parvenus seront substantiellement exposés à votre appréciation.
Sentiment de fierté car malgré les difficultés, le processus de décentralisation se poursuit avec grand espoir pour sa meilleure avancée.

Mesdames et messieurs,
Comme l’a dit l’ancien président américain John KENNEDY, une organisation qui n’est pas capable d’aider la multitude de personnes vivant dans la pauvreté, ne peut pas sauver la minorité de personnes plus aisées.
En effet, quel mérite aurions-nous, membres du Bureau National, membres du Conseil National ou membre des divers conseils communaux si notre action n’est pas capable in fine, d’apporter de l’eau potable à nos concitoyens qui sont dans le besoin; de favoriser l’accès de nos enfants à l’éducation, de contribuer à assainir le cadre de vie de nos mandants; de créer les conditions d’accès à l’emploi pour notre jeunesse; de réduire les inégalités; ou en gros d’améliorer le quotidien de nos populations à la base?
Cette interrogation nous a amenés, au début du mandat, à considérer que l’ANCB, au-delà de ses missions de représentation et de défense des intérêts des communes, doit mieux œuvrer pour l’atteinte des objectifs supra cités.
Ainsi, plusieurs projets et programmes ont été élaborés et mis en œuvre avec l’appui technique et financier de nos partenaires, dans de nombreuses communes. Certains de ces projets sont même encore en cours d’exécution.
C’est le cas du projet Dynamique Locale financé par l‘Union Européenne dans le cadre du Programme d’Appui au Développement Territorial (PADT). Grâce à ce projet, les communes de Malanville, Bopa, Ouessè, Banikoara, Matéri et Zè bénéficient de la mise en place du dispositif de guichet unique de mobilisation et de sécurisation des recettes non fiscales. Les communes d’Abomey, Bohicon, Bopa, Malanville, Avrankou et Ouessè quant à elles, reçoivent sur le même projet, un appui pour la réorganisation de leurs archives.
Au-delà de ces deux appuis dont bénéficient directement ces communes, le projet Dynamique Locale nous a permis également d’offrir en mars dernier, des motos et des ordinateurs portables aux associations régionales et départementales de communes. Le Réseau des Femmes Élues Conseillères au Bénin (REFEC) et plusieurs de nos commissions thématiques sont également prévus pour bénéficier de l’appui du projet Dynamique Locale.
Les six guichets uniques qui seront mis en place viendront s’ajouter aux douze qui ont été réalisés dans les communes de Bassila, Boukombé, Dassa-Zoumè, Djougou, Ifangni, Nikki, Gogounou, Karimama, Lokossa, Appro-Missérété, Aplahoué et Tori-Bossito grâce au Projet d’Appui aux Associations nationale et locales de Collectivités Locales du Bénin (PAACOL) cofinancé par l’Union Européenne et l’Association Internationale des Maires Francophones (AIMF).
Notre objectif est de faire en sorte qu’à l’horizon 2022, les 77 communes du Bénin soient dotées de guichets uniques et qu’au-delà, les arrondissements des villes à statut particulier en soient également équipés.
C’est un objectif pour lequel il me parait important que l’ANCB travaille davantage pour permettre à toutes les communes de profiter de l’apport significatif de ce dispositif dans la mobilisation et la sécurisation des recettes. En effet, l’expérience a montré que toutes les communes ayant installé le dispositif ont connu une nette amélioration de leurs recettes.

Mesdames et messieurs,

Dans le cadre de la mise en œuvre du projet de promotion de la Planification Familiale dans les communes béninoises cofinancé par l’AIMF, la Ville de Paris et la Fondation Bill & Melinda GATES, Cotonou, Matéri, Nikki, Dogbo et Ouessè sont accompagnées dans le domaine de la promotion de la planification familiale. Ces communes reçoivent notamment des appuis techniques et financiers pour la mise en œuvre d’activités en santé sexuelle et de la reproduction.
Des efforts significatifs ont été déployés pour accompagner les communes sur les questions de la nutrition à la base. En effet, l’ANCB a signé en 2019, une convention avec le Conseil de l’Alimentation et de la Nutrition pour la mise en œuvre du Projet de Nutrition et de Développement de la Petite Enfance (PNDPE) financé par la Banque Mondiale.
Entre autres actions menées grâce à ce projet, il y a le plaidoyer en cours pour la création d’un guichet FADEC Nutrition. La création de ce guichet permettra aux communes, de financer des activités liées à la promotion de la nutrition à la base. En effet, le PNDPE s’inscrit dans une dynamique de continuité du Projet Multisectoriel pour l’Alimentation, la Santé et la nutrition. Financé par la Banque mondiale, ce projet nous a permis de mener de 2015 à 2019, d’importantes actions en faveur de la prise en compte de la nutrition dans la planification locale.
Ces actions qui prennent en compte la communication, la sensibilisation, la promotion et la capitalisation des bonnes pratiques communales en matière de nutrition, ont impacté directement près d’une quarantaine de communes.
Malheureusement, les difficultés de mobilisation des ressources financières empêchent les communes de mettre en œuvre, les activités prévues dans le budget en faveur de la nutrition. C’est pour cette raison que de commun accord avec nos partenaires, nous avons choisi de faire un plaidoyer en faveur de la création d’un guichet FADEC nutrition dont les ressources permettront désormais aux communes de s’occuper véritablement des questions de la nutrition à la base.
Dans les domaines du genre et de la participation citoyenne, plusieurs actions ont également été menées. Grâce au partenariat entre l’ANCB et l’Association des Villes et Communes Flamandes, les communes de Dogbo, Pèrèrè, Ouinhi, Toviklin, Lalo, Bohicon, Agbangnizoun, Toukountouna, Matéri, Péhounko, Za-pkota et Houéyogbé bénéficient depuis 2017 de l’accompagnement de l’ANCB pour la planification et la mise en œuvre d’activités sensibles au genre. Ce partenariat dénommé Programme ANCB-VVSG, nous permet également de financer les activités de la commission thématique Genre, Affaires Sociales et Participation Citoyenne. Le Réseau des Femmes Élues Conseillères au Bénin bénéficie aussi de l’appui du programme pour le financement de certaines activités.

Mesdames et messieurs

L’ANCB est fière aujourd’hui d’avoir contribué à révolutionner la pratique de la participation citoyenne au Bénin à travers le projet de Promotion de la Civic Tech pour une démocratie locale participative (Cité.bj). Mis en œuvre dans les communes d’Avrankou, Banikoara, Bohicon et Toffo, le projet Cité.bj qui prône l’utilisation du numérique comme outil de participation citoyenne a impacté plusieurs dizaines de milliers de citoyens de ces communes et même au-delà.
Les chargés de Mission Numérique, poste créé dans le cadre du projet, ont organisé plusieurs séries de formation en informatique et en participation citoyenne au profit des élus, des femmes, des artisans, des écoliers, élèves et étudiants. Plusieurs applications numériques ont été développées grâce au projet et sont aujourd’hui mis à la disposition des citoyens. Tout ceci, dans le but de faciliter la participation des citoyens quelles que soient leurs conditions ou catégories sociales, au processus de prise de décision au niveau local.
Les questions de la Gestion Intégrée des Ressources en Eau, de l’hygiène et de l’assainissement de base n’ont pas été occultées. Avec le Programme d’appui au Secteur de l’Eau, de l’Hygiène et de l’Assainissement (PROSEHA), financé par la Coopération Allemande, nous avons mené des activités d’appui à la gestion intercommunale de l’eau et à la reddition des comptes dans le domaine de l’eau dans plusieurs communes. Plusieurs études ont été réalisées avec l’appui technique et financier du PROSEHA sans oublier le financement des sessions de notre commission thématique Environnement, Eau, et Assainissement.

Mesdames et messieurs

L’adoption en septembre 2015 soit à la veille de l’installation de notre bureau, de l’Agenda 2030 et ses 17 Objectifs de Développement Durable, nous imposait comme défi, l’accompagnement des communes dans l’appropriation, la prise en compte et la planification des ODD. Ce défi, nous l’avons réussi grâce au Projet d’Appui à la Décentralisation et au Développement Communal (PDDC) et dans une synergie d’actions avec les autres acteurs notamment le Gouvernement et les organisations de la société civile. Ainsi, plusieurs actions ont été entreprises et mises en œuvre pour accompagner les 77 communes. En dehors des actions de sensibilisation, de formation, de partage d’expériences et d’appui à la planification des ODD, nous avons réalisé plusieurs études et élaboré un nombre important de documents sur divers aspects de l’Agenda 2030.
Nous avons mis un point d’honneur à la valorisation des initiatives communales. C’est ainsi qu’en 2018, une belle expérience de gestion de l’eau a été identifiée dans la commune de Djidja et présentée avec fierté au Forum Politique de Haut Niveau sur les ODD tenue à New York aux États-Unis.
En 2019, nous avons au plan national, organisé le Concours Agenda 2030 Local qui nous a permis de récompenser les meilleurs projets communaux ayant un impact significatif sur l’atteinte des ODD. C’est une initiative qui, je l’espère, va se perpétuer pour nous permettre de créer une saine émulation autour des ODD dans les communes.
En dehors de ces projets dont la mise en œuvre se poursuit ou prend fin cette année, beaucoup d’autres nous ont permis de soutenir les communes dans l’animation de la vie locale.
Le Projet d’Appui à la Gestion Foncière Locale (PFL) financé par l’Ambassade des Pays-Bas à travers VNG Internationale en est un. Il nous a permis d’accompagner les communes de Dogbo et de Klouékanmè dans la mise en place de nouveaux outils de gestion foncière au niveau local et dans la formation et la sensibilisation des élus et cadres communaux sur le nouveau code foncier et domanial. C’est aussi grâce à l’appui technique et financier du PFL que nous avons réussi notre plaidoyer pour la prise en compte des intérêts des communes lors de la relecture en 2017, du code foncier et domanial.
L’un des succès de notre mandat et du projet, est l’autorisation accordée aux communes pour prendre en charge la délivrance de l’Attestation de Détention Coutumière, à travers le nouveau code foncier et domanial relu.

Mesdames et messieurs

Notre volonté d’accompagner les communes s’est également manifestée à travers les divers appuis que nous leur avons apportés dans le cadre de la lutte contre la propagation du Coronavirus. En effet, très tôt après l’apparition des premiers cas dans notre pays, l’ANCB s’est dotée d’un plan d’action pour protéger d’une part son personnel et appuyer les communes d’autre part. Concernant ce second volet, des dispositifs de lavage des mains, des masques, des gels hydro alcooliques et des savons liquides ont été offerts à toutes les communes pour être déployés dans les mairies, les sièges d’arrondissement et dans certains lieux publics. Nous avons également réalisé des outils de communication tels que des spots vidéos de sensibilisation, des Kakémonos et autres que nous avons envoyés dans certaines communes. Des séances de formation et de renforcement des capacités aussi bien des élus que des cadres, ont également été organisées pour permettre aux communes d’être mieux aguerries.

Monsieur le Ministre de la Décentralisation et de la Gouvernance Locale

Chers collègues Maires

Mesdames et messieurs

Ces différents projets qui j’en suis convaincu, ont été d’un véritable appui aux efforts des autorités locales pour le développement de nos communes, sont le résultat d’un certain nombre de réformes courageuses que nous avons initiées à l’entame de notre mandat.
Ces réformes dont l’objectif était de renforcer l’ancrage institutionnel de notre faîtière, d’en accroître le rayonnement national et international et de répondre aux exigences organisationnelles de nos ambitions, a abouti à des changements majeurs au niveau du secrétariat exécutif. Ainsi, le Secrétariat Exécutif a été renforcé en personnel et transformé en une Direction Exécutive. Nous avons jeté les bases de la réorganisation de l’administration de l’ANCB avec l’espoir que le prochain Bureau National poursuivra ces réformes.
Et puisque le capital humain est la plus précieuse des richesses, des activités de formation et de renforcement de capacités, aussi bien au Bénin qu’à l’extérieur ont été organisées au profit des élus et des cadres. Les nombreux ateliers de sensibilisation, de formation des élus et cadres communaux sur des thématiques diverses telles que, les ODD, le Genre, la Nutrition, la mobilisation des ressources propres, la Gestion Intégrée des Ressources en Eau, l’Hygiène et l’Assainissement de Base, le Foncier et autres, en sont une illustration.
C’est dans cette même dynamique de renforcement des capacités des ressources humaines qu’à l’occasion de la crise sanitaire du Coronavirus, nous avons organisé plusieurs formations aussi bien à l’endroit des élus que des cadres communaux pour une meilleure gestion de la crise. Les ateliers de sensibilisation que nous avons organisés dans tous les départements sur les défis des sous-secteurs eau, hygiène et assainissement dans un contexte de crise sanitaire de COVID-19 et auxquels plusieurs d’entre vous ont pris part en juillet, en sont un exemple.
Toujours dans la dynamique de renforcement de l’ancrage institutionnel de notre faîtière, nous avons réussi au cours du mandat, à opérationnaliser toutes les huit commissions thématiques. Les sessions de ces commissions ont été l’occasion pour leurs membres composés d’élus, de cadres techniques et de personnes ressources, de mener des réflexions, de faire des recommandations et des propositions qui ont permis au Bureau National de disposer d’éléments techniques et scientifiques pertinents pour mener à bien, ses plaidoyers.
La recherche d’efficacité dans nos plaidoyers nous a poussés à mettre en place, trois réseaux d’alliés stratégiques à savoir le Réseau des Parlementaires pour la Décentralisation et le Développement Local, le Réseau Béninois des Experts en Décentralisation et le Réseau des Médias pour la Décentralisation et le Développement Durable. Nous tenons des rencontres périodiques de travail avec ces réseaux et nous les mobilisons lors de nos plaidoyers.

Dans le souci de mettre en lumière ses activités, l’ANCB est aujourd’hui très présente dans les médias grâce à divers partenariats que nous avons mis en place avec les organes de presse aussi bien publics que privés. C’est le lieu de remercier ces différents partenaires dont le précieux concours est très apprécié.
Je ne saurais passer sous silence la dynamisation du cadre de concertation entre l’ANCB et les Associations Régionales et Départementales de Communes qui nous a permis de renforcer davantage, notre proximité avec elles et les membres de notre association.
Cet ensemble de dispositifs aussi efficaces les uns que les autres, est mis en orchestre par un nouveau mécanisme de plaidoyer plus cohérent, plus rationnel et plus inclusif. Les nombreux résultats que nous avons obtenus, sont la preuve non seulement de la qualité des réflexions qui se mènent au sein de nos commissions et de nos différents réseaux, mais également de la pertinence de notre nouveau mécanisme de plaidoyer.
L’un des plus grands défis que l’ANCB a relevé au cours de la mandature qui s’achève, est la construction du siège de notre Association dans la commune d’Abomey-Calavi. La mise en service de ce joyau qui fait aujourd’hui, notre fierté à nous tous, a eu lieu le 20 mars 2020. C’est l’occasion une fois encore, de remercier le Chef de l’État, le Président Patrice TALON et son Gouvernement et l’Association Internationale des Maires Francophones qui nous ont gratifiés des 300 millions de FCFA qu’il a fallu mobiliser pour concrétiser le projet.
Aussi, l’ANCB a-t-elle été présente sur tous les fronts où il était question de la décentralisation et du développement local. Qu’il s’agisse du processus en cours pour la révision de l’arsenal juridique sur la décentralisation, du processus en cours pour la relecture de la PONADEC, de la question de l’opérationnalisation du nouveau statut des agents de l’État qui prend en compte, la fonction publique territoriale, du processus en cours pour l’élaboration de la politique nationale en matière d’éclairage public, ou des questions liées à la mise à disposition des communes, des ressources FADEC et de bien d’autres sujets concernant la vie des communes, l’ANCB a toujours su jouer sa partition.
Dans le cadre du processus de relecture des lois sur la décentralisation par exemple, l’ANCB a organisé une vaste consultation des acteurs locaux. Ce chantier qui nous a conduit à parcourir pratiquement toutes les 77 communes, a abouti à l’élaboration d’un document de position qui contient les propositions et recommandations des acteurs privilégiés de mise en œuvre de la décentralisation que nous sommes.
L’ANCB a également pris une part active dans l’organisation en octobre 2019, de la table ronde sur l’éclairage public à laquelle, plusieurs maires et cadres communaux ont participé.
Aussi, plusieurs démarches de plaidoyer ont-elles été menées auprès des ministères sectoriels et des structures d’Etat. Ces rencontres aussi bien formelles qu’informelles nous ont permis de trouver des solutions à plusieurs préoccupations des conseils municipaux et communaux.

Au plan international, l’ANCB a participé à plusieurs rencontres dont notamment, le forum mondial de l’eau à Brazilia, le Forum Politique de Haut Niveau sur les ODD à New-York, je l’avais évoqué plus haut, les différentes Assemblées Générales de l’AIMF à Paris, Lille, Phnom-Penh, et récemment à Tunis, les COP 23, 24 et 25, l’Assemblée Générale du CCT-UEMOA à Abidjan qui a consacré l’ANCB Vice-présidente de l’institution etc. Toutes ces rencontres ont permis à l’ANCB de s’affirmer davantage et même d’intégrer de nouvelles organisations telles que l’Association Internationale des Régions Francophones (AIRF).

Mesdames et Messieurs,
Chers collègues
L’atteinte de ces résultats, obtenus grâce à l’accompagnement de chacun des élus et cadres communaux est facilitée par les cadres de la Direction Exécutive et du Cabinet de l’ANCB dont je salue encore une fois, la disponibilité et l’ardeur au travail. Ceci prouve que nous avons eu raison de consacrer une partie de nos ressources au renforcement de leurs capacités. C’est le lieu de dire notre gratitude à nos différents partenaires techniques et financiers que sont l’Union européenne, l’Association Internationale des Maires Francophones (AIMF), l’Agence Française de Développement, la Coopération allemande GiZ, la Coopération suisse, la Coopération belge Enabel, l’Association des Villes et Communes Flamandes (VVSG), le Programme Alimentaire Mondiale (PAM), The Hunger Projet, l’association des Elus Français d’Origine Béninoise (EFOB), le Secrétariat Permanent du Conseil pour l’Alimentation et la Nutrition (SP-CAN), la Fondation Bill et Melinda GATES, Cités et Gouvernements Locaux Unis d’Afrique, toutes les Ambassades et Représentations diplomatiques accréditées au Bénin, l’ensemble des institutions de la République et les organisations de la société civile.
Nous adressons également nos vifs remerciements au Gouvernement béninois et à son Chef, le Président Patrice TALON. Je voudrais me permettre de saluer tout particulièrement, la grande sollicitude du Ministre de la Décentralisation et de la Gouvernance Locale qui ne ménage aucun effort pour nous accompagner chaque fois que nous lui faisons appel.
Je voudrais aussi reconnaître et saluer, le soutien constant dont nous bénéficions de la part de tous les maires, des élus municipaux, communaux et locaux ainsi que des cadres à divers niveaux de nos administrations locales.

Vive la décentralisation !
Vive l’ANCB !

Je vous remercie.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici