Pour des élections présidentielles apaisées : Le Mouvement LAC s’engage en 10 Jours d’actions pour la Paix

Ecoutez le post

La quête permanente de la paix est l’objectif principal poursuivi par le Mouvement Luc ATROKPO pour Cotonou (LAC), qui à travers l’organisation de « 10 Jours d’actions pour la paix » veut travailleur pour la cohésion sociale.

Le Mouvement Luc ATROKPO pour Cotonou (LAC) entend donc mener plusieurs actions pour appeler les acteurs politiques, les citoyens de tous âges à poser des actions chacun en ce qui le concerne, pour que le Bénin puisse préserver sa paix et sa stabilité durant toute la période électorale en cours.

« Il s’agit donc pour nous, au travers de diverses activités dont des émissions radio et télé, des campagnes de sensibilisation dans les marchés et autres lieux publics, des rencontres avec les leaders religieux, des séances de prières et autres, de rappeler à chaque Béninoise et à chaque Béninois, les valeurs de dialogue, de concertation, de tolérance et de patriotisme qui ont favorisé la réussite de la conférence nationale et la consolidation de la Démocratie qui en est issue », a expliqué Philippe AVAHOUIN, porte-parole du Mouvement LAC. Des actions qui auront précisément lieu du 18 au 28 février 2021.

DÉCLARATION DE LANCEMENT DE LA

CAMPAGNE « 10 JOURS D’ACTIONS POUR LA PAIX »


Une initiative du mouvement LAC

Béninoises, Béninois
En 1990, notre pays le Bénin a écrit de la plus belle des manières, l’histoire en réussissant le pari de l’organisation de la première conférence nationale en Afrique. Cet évènement inédit dont la commémoration démarre demain 19 février 2021 a non seulement marqué le début d’une nouvelle ère sur le parcours de notre nation, mais aussi révélé notre peuple comme l’un des plus grands de la planète. L’expérience démocratique démarrée depuis lors, a été marquée par l’organisation pacifique des différentes élections, gage de la PAIX qui nous caractérise.  
Mais dans un monde de plus en plus violent où les guerres, les conflits ethniques, l’extrémisme religieux et le terrorisme font de plus en plus de victimes y compris dans les pays autour de nous, pouvons-nous prétendre être à l’abri du mal et dormir sur nos lauriers ?

La réponse est NON. Les événements malheureux et regrettables de 2019 sont là et nous rappellent constamment que la paix n’est pas un acquis. Ces événements que nous espérons ne plus jamais revivre dans notre pays nous ont montré combien la paix est fragile et peut être facilement mise à mal quand on n’y prend garde. 
Nous voici à la veille d’une élection importante. Et force est de constater que les esprits s’échauffent et que les positions notamment au niveau des acteurs politiques ont tendance à se radicaliser. Il n’y a qu’à écouter les déclarations de certains de nos compatriotes pour se rendre compte que le mal nous guette.

Les divergences et les désaccords sont inhérents à la vie en communauté. Mais leur réponse ne doit pas être cherchée dans la haine, la confrontation ou la violence sous quelque forme que ce soit.
La guerre n’est pas la solution. Les conflits ne sont pas la solution et la violence n’a jamais rien résolu. Ne pas être d’accord avec son prochain est humain. Mais cela ne constitue pas une raison suffisante pour compromettre l’avenir de toute une Nation. Car on sait quand ça commence mais on ne sait pas quand ça finit.
Comme l’a dit le Pasteur Martin Luther KING, « Nous devons apprendre à vivre ensemble comme des êtres humains ou nous mourons tous ensemble comme des imbéciles ».

Depuis l’historique conférence de février 1990, les Béninois que nous sommes, avons toujours su nous entendre autour de l’essentiel pour préserver la paix.   

Spinoza disait : « La paix n’est l’absence de guerre, c’est une vertu, un état d’esprit, une volonté de bienveillance, de confiance, de justice ».

C’est fort de tout ce qui précède que le mouvement LAC a décidé, en cette veille de l’élection présidentielle du 11 avril 2021, de s’inscrire dans une démarche préventive de tout acte ou comportement susceptibles de mettre à mal le vivre ensemble. 
A partir de ce jour, jeudi 18 février 2021, nous nous engageons dans une mission républicaine de promotion de la PAIX et de la cohésion sociale pour favoriser la tenue des élections présidentielles pacifiques. L’accomplissement de cette mission que nous nous sommes volontairement assignée se fera à travers l’organisation d’une série d’événements. 
Le plus important est celui dont le lancement nous réunit ce jour. Il s’agit : de la Campagne « 10 JOURS D’ACTIONS POUR LA PAIX ». Cette campagne qui sera essentiellement concentrée sur le territoire de la ville de Cotonou se déroulera du 18 au 28 février 2021. 
Le choix de cette période n’est évidemment pas anodin puisqu’il nous souviendra qu’elle marque la commémoration du 31è anniversaire de la Conférence Nationale des Forces Vives de la Nation, tenue du 19 au 28 février 1990.

Il s’agit donc pour nous, au travers diverses activités dont des émissions radio et télé, des campagnes de sensibilisation dans les marchés et autres lieux publics, des rencontres avec les leaders religieux, des séances de prières et autres, de rappeler à chaque Béninoise et à chaque Béninois, les valeurs de dialogue, de concertation, de tolérance et de patriotisme qui ont favorisé la réussite de la conférence nationale et la consolidation de la Démocratie qui en est issue.
Nous voudrions donc saisir l’occasion de ce point de presse qui marque le démarrage de cette campagne, pour lancer un vibrant appel à toutes les Béninoises et à tous les Béninois vivant sur le territoire national ainsi qu’à l’extérieur de se joindre à nous pour promouvoir et célébrer la PAIX. Car sans la paix, aucun développement n’est possible.

Nous n’avons qu’un seul pays !
Nous n’avons qu’un seul Bénin !
Et nous le voulons en PAIX, pour nous-mêmes, pour nos enfants et petits-enfants.

Je vous remercie

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici