Femme et Politique : Moufidath Adjokè Gbadamassi, une leader entreprenante au chevet de sa communauté

Moufidath Adjokè Gbadamassi

Femme passionnée et hyper engagée, elle impressionne par sa spontanéité et son courage. Spécialiste en Communication Marketing et présidente d’ONG, elle se nourrit d’influences positives pour devenir à son tour une femme forte, leader politique pour sa communauté et son pays.

Elle se bat pour transformer ses limites personnelles en force pour avancer et atteindre ses objectifs. Ses qualités lui ont permis d’être sélectionnée parmi les jeunes femmes leaders dans le cadre d’un projet dénommé Renforcement des Capacités d’Action des Femme –RECAFEM Phase 4. Un projet piloté par le consortium Rifonga-Wanep Bénin et financé par la Coopération Suisse.

C’est ainsi que Moufidath a commencé à s’affirmer peu à peu et à s’afficher sur le terrain associatif comme politique. Aujourd’hui, elle nourrit des ambitions politiques. Elle s’investit dans l’organisation des femmes en leadership, en citoyenneté et en  défense des droits des enfants, des jeunes,  des femmes rurales et des personnes vulnérables.

Elle compte impacter d’avantage son environnement par l’entreprenariat  social. Interview

Pourquoi le choix de l’entreprenariat social ?

Ma vision : c’est d’Entreprendre avec une conscience sociale et concilier rentabilité économique et impact social positif. Ceci en me basant sur la

  • promotion du développement du service civique par les séances de formation sur la citoyenneté
  • Sur la promotion des droits des femmes et des enfants pour le bien être de la famille.

Je crois que ma communauté comporte presque tout pour son propre développement. Je viens d’une localité rurale où l’agriculture est prisée. J’estime qu’il faut s’appuyer sur les potentialités d’emploi des jeunes et des femmes par des formations et la création des groupes de travail à la chaine pour s’auto employer. Je souhaite construire une vie en accord avec mes aspirations personnelles et les besoins de ma communauté. Nous, jeunes et surtout femmes avons besoins de partager nos expériences et de nous former pour notre plein épanouissement et éviter l’exode rural.

Depuis 2017, vous êtes bénéficiaire du projet Récafem 4, un projet piloté par le consortium Rifonga Wanep. Parlez-nous  de Récafem. 

Le projet Recafem qui est à sa phase4 est défini comme Renforcement des Capacités d’Action des Femmes. C’est un projet initié par le consortium Rifonga Wanep pour contribuer à l’amélioration du taux des femmes dans les instances de prises de décision (nominative ou élective). A travers ce programme, nous avons suivi des formations, des coaching en matière politique, éthique et en communication, des sensibilisations de nos parents amis et époux. Après tout ceci un projet personnel est initié et validé par le consortium pour être exécuté par la bénéficiaire.

Bien, Quelques exemples de formations suivies ?

Nous avons suivi par exemple la formation sur le leadership politique féminin, la communication politique, la gestion des conflits.

Nous allons à présent, aborder votre projet personnel. De quoi retourne-t-il ?

Mon projet personnel s’intitule «  La gestion des coopératives agricoles ». A travers ce projet, nous allons sensibiliser les femmes des groupements féminins sur les procédures et modalités d’octroi des microcrédits nouvelles générations. Sensibiliser sur l’importance de l’implication des femmes dans la gestion des affaires publiques locales. IL sera aussi question d’informer sur le projet phare du gouvernement dans le domaine social. L’ARCH l’assurance pour le renforcement du capital Humain.

Pourquoi une telle initiative ? Quelles sont vos motivations ?

Le gouvernement du Président Patrice Talon soucieux de l’autonomisation des femmes et des couches démunies, a institué dans son programme d’action du gouvernement en son pilier 3 l’amélioration des conditions de vie des populations ceci pour renforcer les services sociaux de base et de protection sociale par la mise en place dans toutes les localités des infrastructures et des équipements pour la santé, l’accès à l’eau potable,  à l’électricité ainsi que le recrutement de médecin pour favoriser l’accès aux soins.

Le gouvernement compte concrétiser tout ceci  à travers son projet phare, l’ARCH l’assurance pour le renforcement du capital humain qui comprend quatre prestations à savoir : l’assurance maladie, l’assurance retraite, les microcrédits et la formation). Nous en tant que citoyen nous avons voulu informer et sensibiliser nos populations à la base, celles surtout qui doivent bénéficier de ces services sur les composantes de projet ARCH.  C’est dire par exemple informer les femmes sur les modalités et procédures actuelles d’octroi des microcrédits, l’assurance maladie et j’en passe. Pour revenir à votre véritable préoccupation sur ma motivation je vous dirai juste qu’aujourd’hui les femmes des zones rurales ont surtout besoin d’être informer pour éclairer et agir.

 

Comment, quand et où comptez-vous mener vos actions?

Je mène cette activité dans ma commune Pobè, dans l’arrondissement central. Cela se fera le samedi 10 octobre 2018 à partir de 10 h.

Nous allons mettre un terme à cet entretien ; Votre mot de la fin.

Je voudrais profiter de cette occasion pour remercier le consortium Rifonga wanep pour le soutien, remercier toute mon équipe et souhaiter que d’autres bonnes volontés nous soutiennent.

Digiprove sealCopyright secured by Digiprove © 2018

About Ulvaeus BALOGOUN

Directeur de Publication / Journaliste Multi-média

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *