Exclusif/ Patrice Talon au Vatican : Les dessous de ce voyage (L’affaire Banamè)

Depuis son arrivée au pouvoir, Patrice Talon avait souhaité être reçu par le pape François mais le Vatican hésitait à cause de ses relations tendues avec l’épiscopat béninois. Mgr Antoine Ganyè, l’ancien président de la conférence des Evêques du Bénin ayant pris publiquement position contre sa candidature et depuis son élection, l’Eglise multiplie des sorties contre sa gestion.

Pour faciliter le voyage et sous les conseils de Mgr Roger Houngbédji, archevêque de Cotonou  le président béninois a assoupli sa position et a dû recevoir les Evêques en audience spéciale à Cotonou 09 février 2018. Ce mardi en matinée, il a reçu le Nonce Apostolique qui a précisé les sujets dont le souverain pontife souhaite discuter avec lui et s’est acquéri des doléances présidentielles concernant le séjour. Puis le président a pris au téléphone quelques Evêques du Bénin dont Mgr Vieira, prélat de Djougou au nord du pays pour les remercier. Par contre, aucun prélat ne fera partie de sa délégation.

 

Dès ce mardi soir, l’équipe de presse du président menée par Léandre Houngbédji, directeur de la communication du gouvernement et certains de ses proches partent pour Rome par un vol commercial. Ils arriveront mercredi matin dans la capitale italienne. Le président Talon quittera quant à lui Cotonou ce mercredi, juste après le conseil de ministre et arrivera en fin de journée à l’aéroport Ciampino de Rome où il sera reçu par les ambassadeurs du Bénin à Rome et au Vatican notamment Madame Agnès Avognon ADJAHO. Puis la délégation se dirigera vers l’hôtel Hilton Cavalieri au Via Alberto Caldolo, N101-00136 où une vingtaine de chambres dont 4 suites sont réservées. Dans le Jet privé qui l’emmène en Italie, le président sera accompagné de son épouse ainsi que de deux ministres, Agenonci des Affaires étrangères et Wandagni des finances de même que de l’influent Olivier Bocco, très croyant et ami proche du président. Deux invités spéciaux du président notamment Guido Dona, consul honoraire du Bénin à Venise, intime de Talon à qui le président à octroyé des marchés de réfection au Palais de la Marina et Madame Murielle Borna-Gounongbé, proche de Claudine Talon.

 

La journée de jeudi sera consacrée à la prière. Claudine Talon a insisté auprès de l’ambassade du Bénin au Quirinal pour que son mari ne soit dérangé par “rien ni aucune audience” le jeudi. Des balades au sud de Rome, la visite discrète d’un Couvent qui fait partie des rêves d’enfance de ka première dame. Avant la balade, Claudine Talon sera reçue à l’ambassade puis fera du shopping avec une interprète mise à disposition par la chancellerie.  Elle coûtera 3,650€ pour 3h. Le couple présidentiel devrait réciter le rosaire, le mois de mai étant celui de la Vierge Marie.

 

Vendredi, dès 10h15, une entrevue seul à seul avec le pape au cours de laquelle Le Vatican tient à évoquer le sujet de l’Eglise catholique de Jésus Christ de Gbanamè. Une secte issue de l’Eglise catholique, qui a élu un Pape, Christophe XVIII (ancien prêtre catholique) et qui prive l’église catholique locale d’une grande partie de ses fidèles ainsi que de ses prêtres et religieuses. Parfaite, Dieu autoproclamée qui en est la fondatrice a soutenu Talon pendant la campagne électorale, ce qui a provoqué le coup de froid entre les Evêques du Bénin et le président béninois. Le pape demandera à Talon de gérer cette affaire “avec lucidité pour ne pas laisser s’égarer des Béninoises et Béninois” selon un prélat béninois très impliqué dans l’organisation du voyage. Puis suivra une séance de travail d’une trentaine de minutes avec le Cardinal Pietro Parolin, secrétaire d’Etat qui remettra au président un document confidentiel sur l’Eglise de Jésus Christ de Gbanamè, censé en démontrer la dangerosité. Il s’agit d’une enquête et une étude réalisée par une commission spéciale sur la secte qui a nommé déjà plusieurs dizaines d’Evêques et de Cardinaux dans tout le Bénin. La visite finira avec une interview à Radio Vatican.

 

Après son déjeuner à l’hôtel, le président béninois recevra l’Ordre militaire souverain hospitalier de Malte puis se rendra au Palais présidentiel pour  une brève audience de 30 mn avec le président italien et les acteurs de la coopération catholique international notamment le secrétaire général de Caritas. Pendant la rencontre entre les deux chefs d’Etat, Claudine Talon qui a insisté pour que cette visite ait lieu recevra un groupe de stylistes italiens qui ont prévu pour lui, en cadeau, une robe de soie de couleur belge. Le président béninois qui entend quitter l’Italie dans la soirée de vendredi, un peu avant 18h, ne pourra pas recevoir les religieux et prélats béninois travaillant à la Curie, malgré deux lettres d’audience qu’ils lui ont transmises.

SOURCE EXTÉRIEURE

Digiprove sealCopyright secured by Digiprove © 2018

About Ulvaeus BALOGOUN

Directeur de Publication / Journaliste Multi-média

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *