Évaluation Diagnostique : La CSTB exige la libération des enseignants arrêtés

Temps de lecture estimé: 3 minutes

La Confédération Syndicale des Travailleurs du Bénin (CSTB) était face à la presse ce lundi pour faire le point de l’évaluation diagnostique organisée par le gouvernement et exigée la libération des enseignants interpellés. Voici leur déclaration

CONFEDERATION SYNDICALE DES TRAVAILLEURS DU BENIN (CSTB)

LA CSTB FELICITE LES ENSEIGNANTS, EXIGE LA LIBERATION IMMEDIATE ET SANS CONDITION DES CAMARADES ARRETES ET LA FIN DES POURSUITES POLICIERES CONTRE LES RESPONSABLES DES COMITES

Camarades enseignants,

Vous venez de sonner la sirène de la libération avec la concrétisation du boycott de l’évaluation-licenciement organisée par le pouvoir de TALON et soutenue par certains thuriféraires du pouvoir en milieu syndical.

Malgré la militarisation à outrance des centres de composition et des environs dans tous les départements (présence de policiers armés jusqu’aux dents, des militaires, des chars, des policiers agents de renseignements en civil et armés), vous avez montré que vous êtes effectivement les éducateurs de la nation entière et les éclaireurs des populations en boycottant massivement cet arbitraire orchestré par le gouvernement Patrice TALON et ses deux ministres à ordre.

Des recoupements qui nous sont parvenus au sujet de l’organisation de cette pagaille le samedi 24 août 2019, on peut retenir :

· Très tôt le matin avant 07 heures, des non enseignants détenteurs de moto ont été recrutés de partout par des élus locaux à la solde du pouvoir pour envahir les centres de composition avec leur moto garées pour donner l’impression aux enseignants venus voir si tout le monde est resté à la maison que les collègues ont trahi. C’est l’exemple au centre de composition du CEG1 de Calavi dans l’Atlantique où les instituteurs devraient composer. Ces bardeaux recrutés sont sortis juste après le démarrage des épreuves de l’évaluation. A Calavi donc, le policier à la porte, n’ayant pas été averti s’est opposé à ce qu’ils sortent. Ce n’est qu’après l’intervention du chef de police qu’ils ont été autorisés à sortir du centre. C’est pareil à Djougou, à Pobè, à Aplahoué, à Lokossa, etc…

· Dans tous les centres de composition, aucune statistique n’a été faite au tableau au vu et au su de tous les candidats. Et pourtant, il nous a été dit que c’est l’office du BAC qui organisait ce concours licenciement. Nous n’avons jamais vu un BAC organisé par le DOB où des non candidats sont venus s’asseoir dans le but d’attirer les candidats officiellement invités. C’est du jamais vu. Si le ridicule pouvait tuer, les deux (02) ministres de l’enseignement maternel et primaire et du secondaire devraient démissionner avec le DOB da SILVA Alphonse.

· Pendant que les bardeaux recrutés par le pouvoir sont tranquille et paisible, plus de dix (10) enseignants ont été arrêtés sur toute l’étendue du territoire et gardés par le pouvoir.

· Pour Pobè dans le Plateau cinq (05) camarades arrêtés.

1- SOSSA Félix ; 2- GANHOUNOTO Joseph ; 3- GNONLONSA Xavier ; 4- EKANGNON Pascal ; 5- FASSASSI Gafari.

· Pour les Collines :

1- FODJI Anicet ; 2- AKOSSAN César ; 3- AWOKOU Anicet ; 4- AKAKPO Eugène ; 5- AGOSSOU Paulin.

· Pour l’Ouémé :

1- AYOSSO Auguste.

· Pour l’Alibori :

1- LARIYARI Martin (jeté en prison à Kandi depuis le 24 août sans chef d’accusation).

La CSTB   proteste contre ces arrestations arbitraires, appelle tous les enseignants en particulier et tous les travailleurs en général à exiger de partout leur libération immédiate et sans condition.

Elle demande à tous les enseignants, sous des pressions diverses et variées qui sont allés composer de se remettre rapidement de leur état d’accusés pour rejoindre le camp de ceux qui ont maintenu le flambeau de la lutte.

Elle demande à tous les enseignants de renforcer leur comité pour poursuivre la lutte de préservation de leur emploi et aussi pour sauver l’école.

Cotonou, le 26 août 2019

Le Secrétaire Général Confédéral

Nagnini KASSA MAMPO

Digiprove sealCopyright secured by Digiprove © 2019

A propos Ulvaeus BALOGOUN

Directeur de Publication / Journaliste Multi-média

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *