Décès de Albert Tévoédjrè : Les hommages de Daniel Edah


Cher Professeur Albert Tevoedjre,
Cher Papa,
Cher Frère Melchior,

J’ai appris que vous êtes reparti au Seigneur tôt le 06 novembre 2019. Je viens de m’en rendre compte en me rendant chez vous où j’ai été reçu par maman, votre tendre épouse Isabelle TEVOEDJRE dont je salue la dignité en ces moments difficiles de votre départ.

Eh oui, vous nous avez vraiment devancé !
Que pourrais-je dire en ces moments?

Rien si ce n’est que j’ai eu l’occasion non pas de travailler avec vous mais de vous rencontrer en politique et de recevoir vos conseils.
J’ai bu et je continue de boire à la source de vos idées quoique je n’ai jamais été militant de votre parti.
Par contre, j’ai eu le bonheur de militer dans la grande coalition ayant porté la candidature du Général Mathieu KEREKOU dont vous aviez œuvré de fort belle manière au retour au pouvoir en 1996! Quelle expérience palpitante cette campagne électorale !

Professeur, vous êtes dense et vous le resterez dans nos cœurs !

Votre minimum social commun qui jeta les bases des objectifs du millénaire pour le développement (OMD) des Nations Unies a été une illustration de votre générosité de cœur envers l’humanité pour laquelle vous avez consacré vos derniers jours, vos dernières heures et vos dernières forces à militer pour la paix par la promotion de la diversité des religions et des cultures, une diversité qui fait une grande richesse encore inexploitée dans notre pays.

Cher Professeur, au-delà de votre rajout à mon assurance politique avec votre appréciation favorable de mon projet pour le Bénin déjà en octobre 2015 et outre vos précieux conseils chaque fois que je vous visitais, je voudrais vous dire MERCI pour vous exhortation à, je cite, “chercher la face de Dieu” quand j’étais allé vous faire mes adieux avant de partir en Afrique du Sud après la présidentielle de 2016.

Vous aviez compris que le cœur de l’homme serait un désert d’amour dans ses relations avec les autres et dans son service rendu à ses semblables tant qu’il ne donnera pas à Dieu la première place dans sa vie. Vous aviez vu juste, le Saint-Esprit vous avait guidé à me parler.

Je bénis le Seigneur pour votre vie et je vous dis : MERCI Homme de Dieu.

Cher Professeur, Cher Papa, Cher Frère Melchior, l’Homme de Dieu, nous suivons vos pas, ajusterons vos idées et bâtirons sur votre héritage le Bénin prospère aujourd’hui et demain.

Cher Papa, allez adorer notre Seigneur en compagnie des Anges de l’Eternel.

Votre autre fils Daniel

Fait à Adjati (Adjarra), le 7 novembre 2019

Daniel Edah

Digiprove sealCopyright secured by Digiprove © 2019

A propos Ulvaeus BALOGOUN

Directeur de Publication / Journaliste Multi-média

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

WP Facebook Auto Publish Powered By : XYZScripts.com