dans l’Iowa, Joe Biden de plus en plus critiqué par ses rivaux, un article de Le Monde.fr – Actualités et Infos en France et dans le monde

Dix-neuf des vingt-trois candidats se sont rendus à Cedar Rapids, dimanche, dans l’Etat qui sera le premier à voter en février 2020. Le positionnement centriste de l’ancien vice-président, qui était absent, a été ciblé.

Par Publié aujourd’hui à 06h03, mis à jour à 06h29

Temps de Lecture 3 min.

Article réservé aux abonnés

Un cortège de soutien à la sénatrice démocrate Elizabeth Warren, à Cedar Rapids dans l’Iowa, le 9 juin.
Un cortège de soutien à la sénatrice démocrate Elizabeth Warren, à Cedar Rapids dans l’Iowa, le 9 juin. SCOTT OLSON / AFP

Cinq minutes pour plaider sa cause et pas une seconde de plus. La règle pour les candidats à l’investiture présidentielle de 2020 qui se sont pressés dimanche 9 juin à Cedar Rapids, une ville située dans l’est de l’Iowa, premier Etat à se prononcer en février 2020, n’a souffert aucune exception. Les plus bavards, à commencer par Bernie Sanders, le sénateur indépendant du Vermont et doyen de la course, n’ont pu conclure comme ils l’escomptaient. Leur voix a été noyée dans la musique tonitruante diffusée par la sonorisation de la grande salle de réception de l’hôtel du centre-ville qui les accueillait, une fois expiré leur temps de parole.

L’événement a eu des allures de répétition générale à deux semaines les premiers débats télévisés qui s’étireront sur deux jours, le 26 et 27 juin, compte tenu du nombre record de candidats (vingt-trois). Dix-neuf prétendants avaient fait le déplacement dimanche, soutenus sur place par des cohortes de militants particulièrement bruyants, mais pas celui qui fait figure pour l’instant de favori, l’ancien vice-président Joe Biden.

Les présents ont bien sûr agoni le président Donald Trump, mais leurs critiques n’ont pas non plus épargné celui qui arrive pour l’instant nettement en tête en matière d’intentions de vote, même si ces dernières n’ont aucune valeur prédictive à un peu moins de dix mois de la première consultation.

Un franc-tireur de la course, Andrew Yang, un homme d’affaires sans expérience politique qui peine à se faire un nom, a été le seul à viser directement Joe Biden. Après avoir constaté son absence du programme des organisateurs, il a cru pouvoir moquer le manque de goût présumé de l’ancien sénateur pour les voyages. Soucieux de conforter sa stature de favori, ce dernier reviendra dans l’Iowa mardi, le même jour qu’un déplacement présidentiel, pour tenter d’apparaître comme l’adversaire naturel du républicain.

Candidat « bien intentionné »

D’autres se sont montrés plus allusifs, mais leurs critiques n’ont échappé à personne. Bernie Sanders a ainsi critiqué ouvertement le calcul d’un candidat « bien intentionné », convaincu que « la meilleure voie à suivre est une stratégie centriste qui ne contrarie personne, qui ne résiste à personne et qui ne change rien ». Le sénateur du Vermont a estimé que cette tactique ne pouvait que favoriser la réélection du président sortant.


Source link

A propos Frejus SASSE

Rédacteur en chef / Vidéo - Journaliste / Blogger

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *