Covid-19 : Romuald Wadagni relève « l’incongruité » de l’allègement de la dette africaine

Le ministre de l’Économie et des Finances, Romuald Wadagni, dans une tribune accordée à Jeune Afrique estime que la solution proposée par le G20 pour aider l’Afrique à sortir de la crise de la pandémie du Coronavirus est du « déjà vu » avec des résultats controversés.

LIRE AUSSI : Covid-19 : Le Plan d’aide de Talon aux entreprises et personnes vulnérables

https://leleaderinfobenin.net/covid-19-le-plan-daide-de-talon-aux-entreprises-et-personnes-vulnerables/

Selon le ministre, avec la proposition de l’allègement de la dette, « les politiques et instruments mis en œuvre pour soutenir les économies des pays développés sont orientés vers la mobilisation et la mise à disposition immédiate de nouveaux financements visant à contenir les impacts économiques de la crise, tandis que les mesures adoptées pour l’Afrique se résument principalement soit à des annulations de dette, soit à des moratoires sur le service de la dette publique bilatérale. »

« Ces solutions, malgré la marge budgétaire immédiate qu’elles offrent, ne répondent pas aux enjeux cités plus haut et présentent d’importants inconvénients à court et moyen termes. En effet, les dépenses des États sont appelées à croître rapidement pour contrer la propagation de la pandémie alors même qu’il faut continuer à faire face aux défis du développement.

À ce constat, s’ajoute la chute importante des recettes qui vient réduire davantage les marges budgétaires. L’allègement de la dette ou un moratoire constitue dans ce contexte, un appel à l’indulgence des créanciers et n’apporte pas de solutions structurelles aux difficultés des États.

Par ailleurs, un allègement de la dette ou un moratoire pour le paiement des échéances ternira davantage l’image des États et compromettra leur accès aux financements futurs. Nos pays subiront un effet induit sur la perception de leur qualité de crédit ; ce qui les exposerait à des sanctions ultérieures inévitables de la part du marché. Un moratoire pourrait même être considéré dans certaines documentations de prêt comme un événement de défaut par les créanciers privés, qu’il soit voulu ou subi et quand bien même il ne concernerait que les créanciers publics bilatéraux.

Au-delà des agences de notation qui pourraient sanctionner le non-respect d’une échéance de prêt, tous les efforts fournis par nos pays pour améliorer le climat des affaires et la perception de risque présentée dans les classifications de l’OCDE notamment et utilisée pour définir le taux d’emprunt de nombreux prêts, ne seront qu’anéantis ».

Pour le ministre Romuald Wadagni, les appels à l’allègement de la dette ont un côté « déjà vu » avec des résultats controversés. L’idéal pour les pays africains serait un soutien à l’endettement adéquat et responsable.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici