Congo-Brazzaville: Santé publique – La coalition Publiez ce que vous payez recommande la mise en place d’une haute autorité anti-corruption, un article de AllAfrica News: Corruption

[ad_1]

L’organisation non gouvernementale a fait part de sa préoccupation dans son cinquième rapport synthèse, rendu public le 3 mai, à Pointe-Noire, sur le suivi de l’exécution des projets d’investissements publics dans le secteur de la santé.

La publication du document a fait l’objet d’une conférence animée respectivement par Christian Mounzéo, coordonnateur de Publiez ce que vous payez, et Rita Mabyalhat chargée de programme de cette organisation. En effet, depuis 2014, cette coalition s’est lancée dans le domaine très complexe de suivi annuel des investissements publics dans le secteur de la santé. Pour ce faire, elle a entrepris d’enquêter sur le développement des projets démarrés depuis 2011. L’objectif est d’informer l’opinion publique des défis de la mise en œuvre de ces projets, de susciter auprès des citoyens une prise de conscience de la très faible exécution de ces projets et d’interpeler les décideurs sur l’urgence de rendre disponibles les outils de lutte contre la corruption, notamment une loi anti-corruption renforcée par des textes d’application, ainsi que ceux du code de transparence dans la gestion des finances publiques.

Après cinq ans de suivi physique des projets réalisés dans l’ensemble du territoire, partant de Sembé au nord du pays à Tchiamba-Nzassi au sud, Christian Mouzéo et ses équipes de volontaires formées dans tous les département ont décelé plusieurs dysfonctionnements et proposé des pistes de solutions.

Selon leur cinquième rapport synthèse, sur quatre-vingt-quinze projets budgétisés et visités, 23,15% ont été jugés achevés et fonctionnels. « Ce pourcentage pourrait être revu à la baisse, si on considérait que les deux constructions réalisées en partie: Blanche Gomes à Brazzaville et Mvou-Mvou à Pointe-Noire, les trois projets d’équipement présentés comme des dons respectivement à Ouesso, Oyo, le Laboratoire national et le projet de Boundji, dans la Cuvette, finalisé par un particulier, ne devraient pas intégrer cette catégorie », a précisé Rita Mabyalhat. Le rapport souligne que, parmi ces projets, certains ont été partiellement exécutés et d’autres achevés mais, à ce jour, ne sont pas fonctionnels.

De nombreux chantiers abandonnés

La coalition a également souligné une faible communication sur la gestion des scandales impliquant les agents du ministère de la Santé et les opérateurs véreux; l’abandon de plusieurs projets démarrées en 2014, tandis que d’autres plus nombreux encore intègrent de nouveau les budgets, notamment les centres de dialyse de Pointe-Noire et Brazzaville.

Christian Mouzéo, dans son exposé, a félicité l’esprit d’ouverture du ministère de la Santé et sa collaboration avec la société civile. Il a sollicité que ce lien soit renforcé avec les entités étatiques décentralisées.

Mais, face à cet état alarmant de la situation sur le terrain, cette organisation de la société civile recommande au gouvernement de diligenter la mise en place de la haute autorité anti-corruption et de la commission de transparence, en veillant à ce que la société civile impliquée dans ce processus y soit suffisamment représentée. Au ministère de la Santé et de la population de publier sur un site, page Facebook ou la presse, comme l’exige le code de transparence et de responsabilité dans la gestion des finances publiques, les budgets annuels, les rapports semestriels d’exécution…

Le Fonds monétaire international, la Banque mondiale, l’Union européenne et l’Union africaine, devraient, quant à eux, renforcer les partenariats techniques avec les administrations du Congo en matière de gestion des finances publiques, en particulier avec les ministères des Finances, des Grands travaux, et de la Santé. Il leur est recommandé également d’appuyer les organisations de la société civile, de conditionner l’aide d’appui technique et financier à l’Etat à l’amélioration de la gouvernance. Notons que cette conférence s’est déroulée en présence de l’abbé Raymond Kinga Makaya, coordonnateur de la Comission justice et paix de Pointe-Noire

[ad_2]

Source link

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici