CHRONIQUE : “Obinrin”, pour que chaque jour soit le 8 mars de Jean-Eudes DAKIN

« L’heure est venue : les activistes rurales et urbaines transforment la vie des femmes ». C’est bien autour de ce thème que les réflexions seront menées en faveur de la promotion des droits des femmes en ce 08 mars 2018, 41ème édition de la Journée Internationale des femmes.

Au Bénin, cette célébration intervient dans un contexte où l’on continue d’enregistrer de nombreux cas de violences faites aux filles et aux femmes. Une étude nationale menée en 2009 sur le sujet stipule que 69% de femmes ont déclaré avoir subi des violences au moins une fois dans leur vie. On note, selon cette même étude que seulement 3,89 % d’entre elles bénéficient des services de justice car elles ne signalent pas ces actes.
Comment peut-on alors espérer une transformation de la vie des femmes béninoises quand celles-ci subissent chaque jour le harcèlement sexuel, le viol, l’excision, l’appel forcé à des rites, les bastonnades? La réalisation du plein potentiel des filles est-il possible au Bénin quand on sait par exemple que 1,4% des filles âgées de 2 à 14 ans ont été violées (Ministère de la Santé – MS – 2011). Le registre des violences faites aux femmes, c’est aussi le mariage forcé, les mutilations génitales féminines, les injures…
Pourquoi alors tout ça alors malgré l’existence de lois qui protègent les femmes s’interroge le chroniqueur qui -encore une fois- a décidé de jouer le rôle qui est le sien dans la réduction des cas de violences faites aux filles et aux femmes.
Pour apporter sa pierre à la lutte contre les violences de toutes sortes au Bénin et en Afrique avec la création d’un environnement favorable, une jeune activiste béninoise a décidé d’intensifier ses actions sociales au travers d’un blog (www.obin-rin.com) dont le lancement officiel est effectif ce 08 mars 2018. « Obinrin » qui signifie « femme » en Yoruba, une langue parlée au Bénin est l’appellation choisie pour désigner cet espace virtuel. « OBINRIN » a cette particularité d’offrir aux femmes victimes des violences sexuelles, physiques, économiques et psychologiques une prise en charge médicale, psychologique et juridique afin d’aider ces personnes à exercer leurs droits et tout en leur offrant également des services de santé adaptés. Une équipe composée de médecins, de juristes et de psychologues est donc mise en place pour contribuer efficacement à l’atteinte des objectifs que s’est fixée la jeune activiste.
« Obinrin » est l’initiative de Fleury Irmine AYIHOUNTON. Cette jeune Spécialiste en Développement Communautaire est aussi une passionnée des questions de leadership et autonomisation des femmes d’où son appartenance au Réseau Ouest Africain des Jeunes Femmes Leaders (ROAJELF). Ancienne Pigiste au Programme Amour&Vie de l’ABMS, elle aborde avec aisance les sujets relatifs à la Santé et les Droits Sexuels et Reproductifs. Fleury Irmine AYIHOUNTON est par ailleurs la Présidente de l’Association des Jeunes Volontaires pour la Santé (JVS) dont le but est de travailler pour l’épanouissement des jeunes à travers le renforcement de capacités et l’autonomisation de ces derniers.
Kwabo « Obinrin » !

Jean-Eudes DAKIN

About Frejus SASSE

Rédacteur en chef / Vidéo - Journaliste / Blogger

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *