Christhelle Houndonougbo sur ‘’Tour de Contrôle’’ : « Nous ferons des pas meilleurs pour qu’un Bénin nouveau soit mis en route »

 

La Secrétaire nationale adjointe chargée de l’administration de la Direction exécutive nationale de l’Union Progressiste, Christhelle Houndonougbo, était l’invitée ce samedi 22 décembre 2018 de l’émission « Tour de Contrôle » de Golfe TV Africa.

Occasion pour revisiter le bienfondé de la création d’un des plus grands blocs de la mouvance présidentielle, l’Union Progressiste et la marche irréversible que ce bloc a entamé pour s’imposer sur l’échiquier politique national.

« L’Union Progressiste est d’abord un parti politique avec une idéologie bien précise. Nous sommes un parti de masse où vous avez des élites pour organiser la masse. » C’est l’une des phrases forte de l’invitée qui a d’abord planté le décor en relevant la nécessité de grands ensembles politiques pour animer la vie politique au Bénin. Cette nécessité a donné naissance à ce bloc de la mouvance présidentielle dont l’objectif reste le même, ‘’faire des pas meilleurs pour qu’un Bénin nouveau soit mis en route’’.

« Nous sommes un parti unique, nous sommes un parti et c’est l’Union Progressiste. Notre ambition aujourd’hui, c’est de nous investir dans tout le pays pour être le baobab du Bénin » a expliqué Christhelle Houndonougbo. Selon l’ex-présidente du CPP, « l’Union Progressiste est ancrée dans les 77 communes du Bénin et est dans présente dans les 24 circonscriptions électorales. Autrement dit l’Union Progressiste est un parti fondamentalement national », tant son ancrage va au-delà des clivages et des préjugés régionalistes. Et l’ambiance de groupe est saine sans que « Personne ne s’impose à personne, personne ne fait pression sur personne. »

Sur la vision de l’Union Progressiste, Christhelle Houndonougbo a expliqué que le bloc entend travailler à réduire les injustices pour le développement du Bénin. « Nous voulons instaurer un Bénin véritablement nouveau où chaque chose devra être à sa place. Nous avons le bureau politique composé de 59 membres et un bureau directeur national. Le bureau politique a été mis en place selon certains critères. Il y a des ministres, des députés, des maires etc. Un effort a été fait à l’endroit des femmes. Dans un consensus, une certaine ouverture a été laissée aux femmes. Ce qui est important, c’est de nous engager réellement au travail. Il faut se maintenir quantitativement mais aussi qualitativement » a-t-elle poursuivie.

Une jeunesse à canaliser et des femmes prêtes à occuper leur place


Parlant de la position des femmes, Christhelle Houndonougbo a précisé que l’Union Progressiste travaille pour avoir un certain équilibre, à avoir des femmes dévouées et engagées au niveau et surtout à voir des femmes qui travaillent pour occuper leur place. « Nous devons nous battre et travailler pour former les femmes à l’engagement politique en cultivant la conviction ».

LIRE AUSSI :

Christelle Houndonougbo : « Il faut que ceux qui gèrent les deniers publics sachent qu’ils ont l’obligation de la reddition des comptes »

« Nous avons une bonne partie de la jeunesse béninoise dans l’Union Progressiste. Vous aurez le temps de constater que les jeunes sont engagés et nous voulons travailler à rétablir les valeurs. De sorte que la jeunesse au sein de l’Union Progressiste soit canalisée ».

Au-delà de ces actions fortes, l’Union Progressiste entend fusionner ses militants grâce à une campagne de vulgarisation de ses attributs pour recueillir encore plus d’adhésions.

L’Union Progressiste et le Bloc Républicain, même combat

« Les Républicains ne sont pas opposés aux Progressistes. Nous voulons que les deux blocs puissent travailler pour être complémentaires autour du Président de la République » estime la Secrétaire nationale adjointe chargée de l’administration de la Direction exécutive nationale de l’Union Progressiste.

Pour Christhelle Houndonougbo, les Républicains et les Progressistes sont des frères et « nous allons travailler ensemble pour accompagner le Chef de l’État ». Et s’il est vrai que les deux blocs vont se retrouver autour des joutes électorales, « le plus important, c’est les résultats et chacun défendra ses résultats auprès du Chef de l’État » a-t-elle conclut avant de préciser qu’il s’agit maintenant de convaincre et de recueillir des adhésions, de préparer les prochaines élections législatives et de préparer le prochain congrès ordinaire qui va permettre à l’Union de s’étendre sur le plan national pour la conquête du pouvoir d’État.

 

LIRE AUSSI :

Réforme du système partisan au Bénin : Christhelle HOUNDONOUGBO porte flambeau d’une meilleure représentativité des femmes au Parlement

Digiprove sealCopyright secured by Digiprove © 2018

A propos Ulvaeus BALOGOUN

Directeur de Publication / Journaliste Multi-média

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez-vous a notre newsletter