BéninBotChallenge 2019 : Des talents en sciences robotiques révélés

La première compétition robotique nationale BéninBotChallenge permet aux meilleurs apprenants du Bénin de démontrer leurs prouesses après les formations reçues. Initiée par FemCoders Robotics, elle a réuni cette année 13 équipes d’apprenants venus de collèges divers. Elle a eu lieu du 12  au Mercredi 14 Août 2019 à Sèmè City à Cotonou.

L’initiative de ce concours est née suite aux résultats obtenus par le projet Coding après écoles de FemCoders qui essaient depuis quelques années d’apporter une formation aux sciences robotiques aux apprenants dans les lycées et collèges publics du Bénin notamment les mercredis et samedis. FemCoders est une entité de l’ONG Rachael ORUMOR qui forme les filles et les garçons aux sciences robotiques. « Nous avons pensé qu’il serait bien de réunir ces enfants pour réfléchir et travailler ensemble afin de voir quel résultat nous pouvons obtenir sur le plan national », a expliqué Rachael ORUMOR, la fondatrice de l’initiative.

Le BéninBotChallenge est une compétition basée sur un jeu de collection où les enfants vont assembler et programmer des robots qui vont permettre de pouvoir ramasser quelques objets. Dans la vie réelle, ces robots peuvent être utilisés dans plusieurs contextes.  « …nous pouvons aujourd’hui sortir de la salle de classe où nous faisons les assemblages et la programmation et amener les enfants à voir la réalité et la concrétisation de tout ce qu’ils apprennent », a déclaré Rachael ORUMOR. Le BéninBotChallenge 2019 se déroule entre 13 écoles publiques du Bénin, à savoir 6 écoles de Cotonou et 7 CEG de Parakou. Entre autres autres concourants figurent le Lycée Technique Coulibaly de Cotonou, le CEG Houéyiho, les CEG Barka et banikanni de Parakou.

Des apprenants désormais aguerris à la science robotique

« Nous sommes très satisfaits de cette première édition»; c’est l’appréciation de la fondatrice de l’initiative FemCoders et du BéninBotChallenge, Rachael ORUMOR. Et pour cause ! Les participants ont été assidus aux formations et les résultats sont la preuve de l’intérêt que portent les apprenants à la science robotique. « Contrairement au fait que beaucoup de personnes disent que les élèves ne comprendront pas, ils ne pourront pas appréhender cette notion parce qu’ils ne l’apprennent pas à l’école, nous avons su démentir ce mythe aujourd’hui  parce que nous avons eu des élèves qui étaient très habiles et très réactifs », a-t-elle expliqué.

Quatre prix ont été décernés aux meilleures équipes. Le 1er prix, le BeninBot Grand Challenge Award, prix de l’équipe qui a accumulé le plus de points durant les différents jeux de la compétition est revenu à l’équipe du CEG Nima de Parakou ; ces apprenants auront droit à une journée au sein de l’entreprise Benin Equipments Caterpillar  pour une découverte des métiers techniques et ils pourront aussi, guider certaines machines autonomes. Le second prix, le BeninBot Challenge Award, a été remporté par les équipes du CEG Zogbo de Cotonou, du CEG Banikanni de Parakou et du CEG Tinré de Parakou, respectivement 1ère, 2ème et 3ème. Le CEG Suru Léré a eu le BeninBot Gracious Professionalism Award pour son professionnalisme durant les jeux. Quant au BeninBot Courageous Achievement Award, il a été arraché par l’équipe du CEG Fiyegnon.

Le représentant du ministre des enseignements secondaire, technique et de la formation professionnelle, Amédée MONSIA, a adressé ses félicitations aux meilleurs retenus dont l’ingéniosité et l’esprit d’équipe ont fait leurs preuves. « L’introduction de la robotique dans la formation professionnelle et technique assurera la compétitivité et la performance de notre économie et permettra de promouvoir l’employabilité et la créativité des jeunes », poursuit-il. Le ministère promet œuvrer à accroître le nombre d’établissements d’enseignements techniques et le nombre d’apprenants participants à la compétition les années à venir. Pour sa part, le directeur des affaires publiques de l’Ambassade des États-Unis, Christopher HELMKAMP, a invité les participants au bon usage de la technologie et du numérique et à l’approfondissement de leurs compétences scientifiques. Il a réaffirmé l’appui et le soutien de l’ambassade à l’association pour l’atteinte de ses objectifs.

L’ONG Rachael ORUMOR entend continuer à renforcer les clubs robotiques créés dans les écoles afin que les élèves qui ont participé à cette compétition puissent continuer à motiver d’autres apprenants à participer aux formations en  sciences robotiques. Notons que les séances du projet « codage après l’école » de FemCoders ont permis de former près de 600 élèves de Cotonou et de Parakou.

Digiprove sealCopyright secured by Digiprove © 2019

A propos Mariane GBOSSEMEDE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *