Aquaculture et pêche : Le Bénin veut doper sa production halieutique

Le conseil des ministres du mercredi 25 juillet 2018 s’est penché sur l’exercice de l’aquaculture et la pêche en République du Bénin.

A en croire le relevé rendu public, « l’accroissement de la production de poissons en vue de satisfaire le marché intérieur revêt un intérêt majeur et répond aux enjeux de sécurité alimentaire et nutritionnelle, de création d’emplois et d’amélioration des revenus ainsi que des conditions de vie des acteurs ». Or, la production nationale de poisson, pêche et aquaculture confondues est estimée à 45.000 tonnes pour un besoin de 200.000 tonnes.

Ce déficit s’explique par l’état critique des ressources halieutiques, la faible régulation des activités de pêche axée sur le principe de gratuité et de libre accès aux pêcheurs artisanales et le manque de coordination des fonctions de gestion durable des pêcheries ainsi que de l’utilisation des engins de pêche non sélectifs.

C’est pourquoi, le gouvernement a décidé de l’adoption des modalités d’exercice de l’aquaculture puis de la pêche. Cela pour impulser une dynamique nouvelle à ces sous-secteurs afin « d’augmenter la production nationale de poisson d’élevage et améliorer la croissance économique, réduire la pression sur les ressources halieutiques naturelles et favoriser la création d’emplois spécifiques ».

Digiprove sealCopyright secured by Digiprove © 2018

A propos Ulvaeus BALOGOUN

Directeur de Publication / Journaliste Multi-média

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez-vous a notre newsletter