Affaire Média Contact devant la CRIET : Dernier renvoi pour le 14 Mars

Ecoutez le post

Dernier baroud d’honneur ? C’est un homme visiblement sous le choc d’une procédure périlleuse pour son avenir qui s’est présenté ce Lundi 21 février en fin de matinée devant la juridiction spécialisée dans la répression des infractions économiques. Pour une audience de quelques minutes après plusieurs heures d’attente.

Pourquoi une audience de quelques minutes et ceci pour la dernière fois ? Parce que contrairement aux plaignants Edgard KPATINDE et Basile KOUGBLENOU qui ont fourni à la Cour et à la partie adverse toutes les pièces qui soutiennent leur plainte pour Faux et usage de Faux contre leur associé et principal dirigeant de Media Contact Bénin SA, le défendeur Claude PADONOU et son conseil, n’ont pas produit les documents exigés par la Cour depuis la précédente audience en date du 27 janvier 2022.

D’ailleurs l’avocat du PDG de l’entreprise de gestion de relation clientèle externalisée ne s’est pas présenté à l’audience hier. A travers un courrier adressé à la Cour, il a signalé son indisponibilité et demandé un nouveau renvoi.

Le juge a donc ordonné très rapidement un nouveau renvoi, désormais ferme, donc définitif pour le Lundi 14 Mars 2022. Claude PADONOU s’éclipse aussitôt sous les yeux d’Edgard KPATINDE et de Maître Moïse Jacques ATCHADE, l’officier notarial auprès de qui a été passé l’acte présumé frauduleux de cessions des parts des associés du PDG de Média Contact.

Revêtu au dessus de son ensemble local chic d’une chasuble avec la mention « Prison Civile de Cotonou », pour être détenu depuis plusieurs mois dans le cadre de deux autres dossiers, le notaire avait fait paraître en 2016 dans un numéro du Quotidien de service public « La Nation » l’annonce de modification des administrateurs et associés de Media Contact Bénin SA.

Pour rappel, les trois associés du dirigeant de MCB S.A et leurs ayants droits (35%), reprochent à Claude PADONOU (65%) de n’avoir jamais rendu compte de la gestion de la société depuis sa création en 2004 et sa mise en exploitation en 2005 en dépit de chiffres d’affaires et de résultats nets très florissants et en dépit des rappels à l’ordre du Cabinet d’expertise en charge de la certification des comptes. Mais pire que ça, il a organisé de façon fictive leurs démissions du Conseil d’administration de l’entreprise et la cession complète de leurs actions à son profit et celui de ses proches dans le but de devenir le seul maître du jeu et des intérêts de Media Contact.

Suite à ce « renvoi ferme », Le 14 Mars prochain, la CRIET jugera l’affaire sur le fond. Il n’y aura donc plus d’autre renvoi.

Avant de se présenter lundi Porto-Novo à la Cour de Répression des Infractions contre le Terrorisme, Claude PADONOU qui a informé un de nos confrères au téléphone qu’il ne donnera sa version qu’après le jugement, a réussi à obtenir « des excuses » d’un média qui a traité de l’affaire et annoncé aussi l’audience du 21 février 2022. Sans doute une question d’honneur dans un dossier qui jusqu’à preuve du contraire est traité ici par nous dans le respect des règles déontologiques et uniquement sur la base des faits, rien que des faits.

Votre publicité ici? Tel:(+229) 60 88 91 28 / 97 76 27 37, redaction@leleaderinfobenin.net
Article précédentBénin : Hommage national aux soldats tombés les armes à la main dans le Nord
Article suivantBénin : La construction d’une cimenterie de 5.000 tonnes de clinker/jour annoncée

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici