Abdel Affiz Yekini, SG du SYNTRASAT sur la réforme de la décentralisation : « Tel que pensé, cela devrait améliorer la gouvernance locale »

Ecoutez le post

La réforme du secteur de la décentralisation engagée depuis peu par le gouvernement reçoit l’assentiment Syndicat National des Travailleurs du Secteur de l’Administration Territorial réunis au sein du SYNTRASAT dirigé par Abdel Affiz Yekini.

Au détour d’un entretien exclusif, Abdel Affiz Yekini, Secrétaire Général du Syndicat National des Travailleurs du Secteur de l’Administration Territorial (SG/ SYNTRASAT), salue la réforme du secteur de la décentralisation et met un accent particulier sur les défis à relever.

Il n’a pas manquer d’adresser des doléances au pouvoir central dont l’amélioration des conditions de vie et de travail au niveau du ministère, des préfectures et des mairies.

LIRE L’INTÉGRALITÉ DE L’INTERVIEW

Entretien avec Abdel Affiz YekiniSecrétaire Général du Syndicat National des Travailleurs du Secteur de l’Administration Territorial (SG/SYNTRASAT)

Votre syndicat s’est réuni vendredi dernier pour donner sa position sur la mise en œuvre de la réforme structurelle du secteur de la décentralisation. Pouvons-nous avoir une idée de la teneur des discussions ?

Au cours de la réunion, chacun a été invité à donner son appréciation. Lorsque nous avons fait le point, il a été retenu que cette réforme est bien accueillie par les acteurs. Le bureau a décidé :- De féliciter le Président de la République, Chef de l’Etat, Chef du gouvernement, Monsieur Patrice Athanase Guillaume TALON et son Gouvernement pour cette louable initiative qui fait rayonner notre pays sur le plan international en matière de décentralisation et de gouvernance locale.- De solliciter leur regard bienveillant sur les conditions de vie et de travail des agents qui constitue la cheville ouvrière de l’application de ladite réforme.

En quoi est-ce que cette réforme est louable ?

Cette réforme louable car les fonctions sont désormaisséparées et les domaines d‘intervention de chaque autorité communale ou municipale sont clairement définis. Aussi, les postes stratégiques de chefs de service au niveau local communaux sont-ils occupés par des spécialistes avérés tirés du fichier national qui est un vivier de compétences. 

N’était-ce pas le cas auparavant où le secrétaire général assurait la coordination des fonctions techniques ?

Auparavant, le secrétaire général était nommé par le maires sur une liste d’aptitude et il était difficile pour lui de se départir de celui qui l’a nommé pour exercer ses fonctions de manière libre indépendante. De plus, c’est le maire qui était le gestionnaire du budget communal et il lui était loisible de contourner son secrétaire général pour nommer ce qu’il appelait directeur de cabinet. Avec la réforme, le maire ne s’occupera que des questions politiques et c’est le secrétaire exécutif qui aura la gestion des finances locales. 

N’est-ce pas bizarre que le maire qui va solliciter les suffrages des candidats sur la base d’un projet de société soit réduit une fois élu à des fonctions politiques ? 

Etre élu ne confère pas les prérogatives d’ordonnateur de budget. Bien qu’étant ordonnateur du budget communal, le secrétaire exécutif, conformément aux dispositions de l’article 135 de la loi n° 2021-14 du 20 décembre 2021 portant code de l’administration territoriale en République du Bénin, a l’obligation de « soumettre le budget primitif, le collectif budgétaire et le compte administratif à l’adoption du conseil de supervision, à la validation du conseil communal et à l’approbation de l’autorité de tutelle ». 

Votre syndicat estime que cet attelage va réellement améliorer la qualité de la gouvernance locale ?

Tel que pensé, cet attelage devrait améliorer la gouvernance locale au profit des populations, mais tout dépendra de sa mise en œuvre. 

Dans le communiqué qui a sanctionné vos travaux, vous appelez à l’esprit patriotique des cadres inscrits au fichier des principales fonctions administratives et techniques. Pourquoi insistez-vous sur cet aspect ?

Nous les invitons à gérer et à travailler avec un esprit patriotique car Il n’est pas rare de constater que certainscadres béninois manquent de patriotisme dans l’exercice de leur fonction et confondent la caisse de l’Etat ou des collectivités territoriales à leur propre poche, au détriment des projets de développement. 

Vous attirez par la même occasion l’attention des dirigeants sur la qualité des ressources humaines déployées dans le secteur

Nous souhaitons qu’il y ait un recrutement au quota au profit du ministère de la décentralisation, parce que aujourd’hui, au niveau des différentes préfectures, l’effectif est maigrelet et d’ici trois ans, nous aurons 81départs à la retraite. En outre, le décret n° 222-111 du 16 février 2022 portant attribution du Préfet, organisation et fonctionnement des départements crée de nouveaux postes et il faudrait les pourvoir. Déjà, au niveau de l’existant, force est de constater qu’à peine la moitié des services au niveau déconcentré est créée, faute de personnel. Mieux, pour un besoin minimum de trente-cinq (35) agents qualifiés pour animer les services, l’ensemble de nos préfectures fonctionne avec moins de 10% du personnel technique requis avec des deficits parfois notoires, même en personnel de soutien.

Pour ce qui est des mairies, malgré qu’il y ait des postes pour lesquels le gouvernement a décidé de pourvoir par des agents qui ont été retenus au niveau du fichier national, ils ne pourront pas travailler seuls. Ils ont besoin de s’appuyer sur un personnel toutes catégories confondues. 

Nous souhaitons que les décrets d’application de la troisième partie de la loi n° 2015-18 portant statut général de la fonction publique soient pris pour permettre le recrutement d’agents territoriaux.

Vous appelez également le gouvernement à améliorer les conditions de vie et de travail des agents. Que voulez-vous concrètement ?

Comme nous venons de le dire supra, les conditions devie et de travail ne sont pas très reluisantes au niveau du ministère, des préfectures et des mairies. Quand on considère la motivation financière, il faut savoir que le secteur de la décentralisation est transversal comme plusieurs autres où nos collègues ont des conditions plus améliorées que les nôtres. Nous souhaiterions également, que le gouvernement, dans les processus de nomination regarde du côté de notre ministère, où nous avons des compétences. D’ailleurs, le tirage des SE de mairies montre à suffisance que notre secteur regorge de cadres compétents car sur les 77 secrétaires exécutifs tirés au sort, 10 proviennent de notre ministère. Nous sommes un peu frustrés lorsque pour les nominations au profit de notre ministère, nous sommes marginalisés. 

Par ailleurs, on compte au sein du personnel, des camarades qui ont suivi des formations sur fonds propres et ne sont pas reclassés, ce qui ne leur a pas permis de participer au processus de sélection des candidats aux principales fonctions administratives et techniques des mairies. Ces cadres se trouvent au ministère, dans les préfectures et les mairies. En outre, la condition d’âge exigée pour la sélection des SE sans dérogation au profit des agents travaillant déjà dans le secteur a été un facteur très limitant.

Vos attentes sont orientées vers le gouvernement. Est-ce à dire que les communes n’ont pas d’efforts à fournir ? 

La capacité d’accès de la commune au financement est l’un des indicateurs liés au poste de SE. En conséquence, pour être performants, il sont obligés de multiplier les efforts afin d’alimenter le budget communal.

Peut-on estimer au vu de cette réforme que vous saluez que la décentralisation est en bonne voie ?

Tout à fait si l’on s’en tient à l’esprit de la réforme

Que répondez-vous à ceux qui estiment qu’à cette réforme la décentralisation a laissé place à la recentralisation ?

Ils n’ont pas tout à fait raison. Ce ne sont des critiques qui amèneront les acteurs à mieux faire. Il est normal que toutes réformes rencontrent des résistances. 

Votre publicité ici? Tel:(+229) 60 88 91 28 / 97 76 27 37, redaction@leleaderinfobenin.net
Article précédentSuper Ligue Pro J 9 : Dynamo d’Abomey en panne, les Buffles du Borgou piétiné, le point de la journée
Article suivantParti  « Restaurer l’Espoir » : Guy Mitokpè démissionne

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici