A Hongkong, la police adapte sa stratégie face à la persévérance des manifestants, un article de Le Monde.fr – Actualités et Infos en France et dans le monde

[ad_1]

Les forces de l’ordre semblent désormais procéder à des arrestations brutales et de plus en plus arbitraires afin de décourager la population de s’associer aux désordres.

Par Publié aujourd’hui à 06h47, mis à jour à 06h48

Temps de Lecture 4 min.

Article réservé aux abonnés

Des manifestants reçoivent des gaz lacrymogènes à Hong Kong(Chine), le 2 novembre.
Des manifestants reçoivent des gaz lacrymogènes à Hong Kong(Chine), le 2 novembre. AHMAD MASOOD / REUTERS

Accroupis, à la nuit tombée, près des rails du tram qui traverse le vieux quartier populaire de Wan Chai, un petit attroupement hétéroclite de Hongkongais, manifestants ou non, analysent la récolte de ces dernières heures de confrontations avec la police antiémeutes : quelques dizaines de cartouches et de grenades de gaz lacrymogène. Ils les prennent en photo, les retournent d’un coup de doigt. « Ils ont changé de fournisseurs. Maintenant, ils nous asphyxient avec des gaz faits en Chine, ils sont plus toxiques… », commente d’un ton expert Marcus Lam, un manifestant couvert de noir des pieds à la tête, comme des milliers d’autres qui se sont une nouvelle fois donné rendez-vous dans les rues de l’île samedi 2 novembre.

Au même moment à quelques mètres de là, sur Southorn Playground, le terrain de sport muré qui jouxte la station de métro « Wan Chai », fermée depuis plusieurs heures, la police termine d’embarquer les dizaines, sans doute plus de cent, manifestants qu’elle a, semble-t-il, piégés comme dans un filet, en les faisant rentrer d’un côté du stadium avant de refermer les portes de l’autre. Ils sont évacués en bus, sous les encouragements de quelques dizaines de manifestants tenaces, tenus à distance par d’autres policiers et risquant tout autant que leurs confrères une arrestation sur le champ pour rassemblement illégal…

Article réservé à nos abonnés Lire aussi La fête nationale chinoise tourne au désastre à Hongkong

« La situation s’aggrave, c’est indéniable »

Dans le ciel, un hélicoptère, parfois deux, quasiment stationnaires au-dessus des zones de confrontations, semblent couverts de griffes bleues, vertes, rouges… Du sol, les manifestants visent avec leurs lasers ces « yeux » de la police qui confèrent une nouvelle supériorité tactique aux forces de l’ordre. « J’ai bien l’impression que les ordres viennent de là-haut », commente le pasteur Colman Chan, qui travaille comme assistant social. En entendant le chaos s’approcher, il est sorti « voir s’il pouvait aider » dans sa rue, Wan Chai Road, une longue rue étroite, bordée de boutiques et souvent embouteillée, qui jusqu’à samedi après-midi avait été épargnée par les gaz lacrymogènes. « C’est la première fois qu’on a des gaz même dans cette rue ! Et ce sont les gens du quartier qui s’intoxiquent. La situation s’aggrave, c’est indéniable, mais j’estime que c’est la police qui crée le chaos… principalement », nous dit-il, secouant la tête, navré.

[ad_2]

Source link

Votre publicité ici? Tel:(+229) 60 88 91 28 / 97 76 27 37, redaction@leleaderinfobenin.net
Article précédentIle Maurice: Bribe électoral – L’interprétation générale de la loi donne lieu à des «abus», un article de AllAfrica News: Corruption
Article suivantCarnet noir au sein de l’armée : Le Commandant Sosthène Chaou est décédé
Rédacteur en chef / Vidéo - Journaliste / Blogger

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici